Vous êtes ici
Accueil > Finance > 1 178,7 milliards de Fcfa de dettes réglées en 2020

1 178,7 milliards de Fcfa de dettes réglées en 2020

Ce montant est en hausse de 48,6 % en glissement annuel selon le gouvernement gabonais.

Au cours de l’année 2020, le Gabon a réglé 1 178,7 milliards de Fcfa de sa dette. Un montant qui est en hausse de 48,6 % par rapport à la même période en 2019. « Cet effort de paiement a été observé au niveau des deux composantes de la dette publique (dette extérieure et dette intérieure)», a expliqué le gouvernement gabonais qui a rendu publique l’information. Selon le gouvernement, le renforcement du règlement de la dette extérieure (+71,0 %) est imputable « principalement à la hausse significative du paiement de la dette contractée auprès du marché financier international, en lien avec le paiement anticipé de l’Eurobond 2024 », justifie la note de conjoncture du ministère de l’Economie. Celui du règlement de la dette intérieure est relatif à « l’effort de paiement de la dette bancaire et au respect des engagements auprès du marché financier régional. Par rapport à l’autorisation budgétaire, le règlement de la dette publique affiche un taux de réalisation de 93,2 % ».

6 264,9 milliards de Fcfa de dette en 2020

En effet, l’encours de la dette publique gabonaise a augmenté de 17,2% pour se situer à 6264,9 milliards de Fcfa en 2020. Bien que les deux composantes (extérieure et intérieure) aient simultanément augmenté, cette évolution est principalement imputable au stock de la dette intérieure qui croit de moitié. L’accroissement du stock de la dette extérieure est dû au renforcement des engagements auprès des bailleurs de fonds multilatéraux (appuis budgétaires du FMI et de la BAD) et de la progression de la dette contractée auprès du marché financier international (utilisation partielle de l’Eurobond 2031 au refinancement de celui de 2024), nonobstant la diminution des emprunts auprès des créanciers bilatéraux et commerciaux. La hausse de la dette intérieure provient de la consolidation de toutes les composantes. La dette bancaire augmente du fait de la reconsolidation des engagements de l’Etat envers BgfiBank et de la prise en charge du stock dû à Ecobank Gabon. L’accroissement de l’encours du moratoire est lié aux travaux de validation de la Taskforce sur la dette intérieure. L’encours sur la dette envers le marché financier local se renforce suite à la forte sollicitation de ce marché. Le portefeuille de la dette demeure dominé par la dette extérieure (64,7 % du stock total) qui perd toutefois 7,8 points comparativement à 2019.

Par ailleurs, l’Etat gabonais a bénéficié d’un montant de décaissements évalué à 1 307,8 milliards de Fcfa. Ces décaissements se sont renforcés de 91,8% par rapport à ceux effectués à la même période une année plus tôt, du fait de « l’accroissement simultané des tirages sur financements extérieurs et des tirages sur financements intérieurs ». La hausse des décaissements sur emprunts extérieurs résulte du renforcement des décaissements multilatéraux, en lien principalement avec l’appui budgétaire du FMI et de la BAD d’une valeur de 238,9 milliards de Fcfa, et commerciaux (pour la conception et la réalisation des travaux routiers) auquel s’ajoute la levée de 595,2 milliards de Fcfa sur le marché financier international, nonobstant le repli des décaissements auprès des créanciers bilatéraux (France et Chine).

L’augmentation des tirages sur financements intérieurs est liée à la forte mobilisation des Obligations du Trésor Assimilables (OTA). La structure des décaissements a enregistré une amélioration des décaissements sur financements extérieurs qui représentent 70,6 % de l’enveloppe globale, soit un gain de 10,6 points. Par rapport aux prévisions, les tirages effectués affichent un taux de réalisation de 91,4 % avec un dépassement de l’objectif fixé sur les tirages intérieurs (+59,6 points) et un objectif non atteint en matière de mobilisation des financements extérieurs (-22,4 points).

Laisser un commentaire

Top