Vous êtes ici
Accueil > Assurances, Economie, Microfinance > Économie > Actualité > La task-force relève plusieurs dysfonctionnements

La task-force relève plusieurs dysfonctionnements

La structure a relevé dans son rapport d’étape avoir déjà recouvré 20 milliards de Fcfa de créances des entreprises, récupéré une centaine de milliards sur près d’une cinquantaine de comptes bancaires, les surfacturations dans la réalisation de plusieurs marchés passés avec l’Etat, le détournement des fonds de projets, l’incompétence des coordonnateurs de projets et le manque de stratégie de programmation des remboursements des emprunts entre autres.

un peu plus de deux mois après sa réactivation sur instruction du président de la Transition, le général Brice Clotaire Oligui Nguema, la task-force pour le contrôle, l’audit et la vérification des dettes intérieures et extérieures du Gabon a publié son rapport d’étape le 15 novembre 2023. De manière globale, il en ressort qu’à l’issue de l’audition de près d’une quarantaine d’entreprises, des créances des entreprises dues au paiement des impôts d’environ 66 milliards de Fcfa ont été détectées. Toutefois, ce sont « près de 20 milliards de Fcfa qui ont été recouvrées auprès des entreprises en collaboration avec la Direction générale des impôts», souligne le rapport. Dans le même temps, le reste des engagements fiscaux à recouvrer est évalué à hauteur de 46 milliards de Fcfa.

En outre, la task-force a recouvré une centaine de milliards de Fcfa sur près d’une cinquantaine de comptes bancaires appartenant à des personnes physiques et morales. Autres carences observées dans le rapport : les surfacturations détectés dans la réalisation de plusieurs marchés passés avec l’Etat ; le non-respect des procédures des marchés publics ; le détournement des fonds des projets ; un budget de fonctionnement excessif et la mauvaise utilisation des fonds ; la présence des coordonnateurs de projets incompétents accusant des fonctions administratives au sein des cabinets ministériels ; aucune stratégie dans la programmation des remboursements des emprunts par les services du Trésor public et la Direction générale de la dette.

DeS eNtrePriSeS éPiNGléeS Pour SurFacturatioNS et FrauDeS

A cet effet, plusieurs entreprises ont été épinglées pour des surfacturations et des fraudes entre autres dans l’exécution des marchés publics passés avec l’Etat. On peut citer ici l’entreprise de Travaux publics et génie civil, Sobea, en charge du projet d’aménagement des Bassins Versants de Gué-Gué, Lowé-IAI et Terre-Nouvelle financé grâce à un prêt de la Banque de développement des États del’Afrique centrale (Bdeac), l’Agence nationale des parcs nationaux (Anpn) qui n’a réalisé aucun projet concret d’infrastructures malgré une enveloppe de plus de 85 milliards de Fcfa reçu au cours de ces dernières années, l’entre Orient Green Construction (OGC) qui n’a dé- montré aucune expérience dans les travaux à elle confiés, notamment le Projet de renforcement de la production d’eau potable du Grand Libreville, ou encore l’entreprise Citp qui a reçu un trop perçu de 50,8 millions de Fcfa pour les travaux de construction des bâtiments et de clô- ture du Lycée professionnel de l’Estuaire de Bikélé.

leS recommaNDatioNS De la taSk-Force

Au terme de ce rapport d’étape, la taskforce a fait un certain nombre de recommandations dans la perspective de garantir un avenir meilleur concernant la gestion des fonds alloués aux projets prioritaires. A cet effet, l’équipe dirigée par Pierre Duro appelle à « prendre des mesures urgentes fortes, en mettant en place une politique radicale qui viserait à assainir les finances publiques mais aussi, à lutter contre l’enrichissement illicite et le détournement des deniers publics ».

Laisser un commentaire

Top