Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Dossiers > Quelles astuces pour booster les recettes douanières

Quelles astuces pour booster les recettes douanières

Le renforcement du partenariat entre la Douane et les entreprises, la poursuite de la dématérialisation des procédures, la lutte contre le commerce illicite, ainsi qu’une révision des accords de partenariat économique avec l’Union européenne en sont quelque pistes.

Les statistiques du ministère camerounais des Finances (Minfi) indiquent une « augmentation constante » de la contribution de la fiscalité de porte au budget de l’Etat au cours des exercices allant de 2015 à 2019. « Une analyse des chiffres officiels porte à près de 162 milliards de Fcfa, la progression globale des recettes douanières au Cameroun au cours de la période 2015-2019 », a indiqué Norbert Belinga, chef secteur des Douanes du Sud II au cours d’un exposé dans le cadre du séminaire de formation organisé par le Minfi, à l’intention des journalistes de la presse économique à Kribi en début de mois. De 678,1 milliards de Fcfa en 2015, les recettes douanières dans le Budget de l’Etat camerounais sont passées respectivement à 683,8 milliards en 2016, 732,7 milliards en 2017, 803,3 milliards en 2018 et 840 milliards de Fcfa en 2019. Ce sont ainsi 3737,9 milliards de Fcfa de recettes générées par cette administration au cours de ces années.

Pour la douane camerounaise, ces performances sont ainsi le fruit des réformes engagées par les pouvoirs publics avec le concours de cette administration. Parmi celles-ci, on cite notamment « l’approfondissement de la démarche partenariale à travers le forum entre les Douanes et les entreprises, le paiement électronique des droits de douane, la mise en place du titre de transit unique », explique le chef secteur des douanes Sud II. A ces mesures, se sont ajoutées d’autres relatives à « la dynamisation de la surveillance douanière ». Allusion est ainsi faite aux opérations Halcomi (Halte au commerce illicite) menées par la douane, sans oublier la mise en place d’outils de la mesure de la performance des personnels de cette administration ainsi que la dématérialisation des procédures douanières à travers la mise en place du « Cameroon Customs Information System » dénommé « Camcis ».

Pour davantage booster ses recettes, l’administration douanière essaie tant bien que mal d’explorer des niches pas du tout ou peu exploitées. C’est ce qu’elle a tenté de faire avec le paiement des droits de douanes sur les téléphones portables avant d’être recadrée par le président de la République par l’entremise du ministre d’Etat, secrétaire général de la Présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh. Dans une correspondance du 19 septembre 2020 adressée au Pr Séraphin Magloire Fouda, secrétaire général des Services du Premier ministre quatre jours après la date retenue pour l’entrée en vigueur de la collecte de ladite taxe, instruction a été donnée aux administrations impliquées dans ce dossier notamment le ministère des Finances (Minfi) et celui des Postes et télécommunications (Minpostel), de « soumettre à la haute sanction du chef de l’Etat, un mécanisme plus approprié de recouvrement desdits droits et autres taxes », fait-il savoir. Une nouvelle stratégie de recouvrement aurait déjà été soumise à la plus haute autorité, apprend-on.

Laisser un commentaire

Top