Vous êtes ici
Accueil > Finance > 300 milliards de Fcfa de dette intérieure réglée

300 milliards de Fcfa de dette intérieure réglée

Le gouvernement congolais a annoncé le paiement de cette première tranche sur un montant globale estimée à 900 milliards de Fcfa.

Le ministre congolais délégué au Budget Ludovic Ngatsé, a annoncé le 21 octobre 2020 que 300 milliards de Fcfa sont disponibles pour le règlement de la dette intérieure. C’était au cours d’une conférence de presse. Le membre du gouvernement congolais a également déclaré à cette occasion, qu’il souhaitait mettre à la disposition de la presse nationale et internationale, les mécanismes de paiement de la dette intérieure dont, le financement d’un montant de 300 milliards de Fcfa est disponible, via le Club de Brazzaville N°1, pour la première tranche. Quatre créanciers se sont ainsi constitués en Club de Brazzaville (BGFI Bank, BSCA, La Congolaise de banque – LCB- et Ecobank) pour lever les 300 milliards de Fcfa destinés au paiement par l’Etat congolais, de la dette intérieure, dans son double volet : commercial et social. Selon le ministre congolais, les bénéficiaires de ce paiement sont les opérateurs économiques dont les créances ont été validées par l’audit (2014-2016 et 2016-2018). « Ils ont reçu à chacun un Certificat spécial de créance », a-t-il indiqué. Cependant, ceux dont les dossiers d’audit ont été rejetés et ceux qui ne se sont pas fait auditer sont invités à se rapprocher des services de réclamation et de rattrapage pour se mettre en règle.

A titre indicatif, cette dette intérieure, avant audit, était estimée entre 1.800 et 2.000 milliards de Fcfa. Elle est aujourd’hui évaluée à 900 milliards de Fcfa. « Le paiement des 300 milliards de Fcfa a déjà commencé avec les banques (pour l’assainissement de leur situation) et les grands opérateurs économiques (pour la relance des grands chantiers de l’Etat). Il reste les petits opérateurs économiques (parce qu’ils sont plus nombreux) et les bénéficiaires de la dette sociale. D’ici deux à trois mois, cette première étape de paiement sera terminée », a déclaré le ministre délégué. Initiateur de cette opération, l’Etat a posé deux conditions essentielles aux opérateurs économiques à savoir : réinvestir au Congo pour relancer l’économie ; ne pas transférer cet argent à l’extérieur, pour ne pas dégrader la position extérieure du pays. S’agissant de la décote, le conférencier Ludovic Ngatsé a estimé que le taux de 15 à 30% est raisonnable, parce que, par le passé, l’Etat a payé aux banques une décote allant jusqu’à 40%. Il est donc faux de croire que les 300 milliards de Fcfa ne bénéficieront qu’aux seules banques et non aux opérateurs économiques. En effet, les quatre banques dont la Bgfi avec 60 milliards de créances indirectes, la LCB avec 15 milliards, la Bsca et Ecobank, 0 milliard représentent un total de 75 milliards de créances indirectes sur les 300 milliards, a expliqué l’orateur.

Laisser un commentaire

Top