Texte alternatif de la bannière
Texte alternatif de la bannière

Appelons-le désormais « Maréchal Idriss Deby » !

Le maréchal Idriss Itno Deby. Ce titre doit désormais être accolé au nom du président du Tchad. Les députés de son pays ont en effet majoritairement voté le 26 juin dernier à l’Assemblée nationale, pour lui conférer cette dénomination qui représente en principe le grade le plus élevé de la hiérarchie militaire. Mais pour le Mouvement patriotique du salut (MPS), son parti politique, son titre n’a rien à voir avec un grade. « C’est une élévation consacrée, prévue dans nos textes. Il n’est pas maréchal dans l’armée, ce n’est pas un grade, c’est une dignité par rapport à tout son parcours », a justifié Jean-Bernard Padaré, le porte-parole du MPS. A 68 ans, Idriss Itno Deby, au pouvoir depuis 1990, assoit donc ainsi davantage sa notoriété dans son pays. Comme on pouvait s’y attendre, plusieurs opposants tchadiens se sont offusqués contre cette distinction du parlement. Le chef de file de l’opposition Saleh Kebzabo, a clairement souligné que le président Deby en sa qualité de chef des armées, n’avait pas besoin d’un autre titre, fut-il honorifique. « Quand on entend ce titre de maréchal, ça fait sourire, ça ne fait pas rire. Ce n’est pas au goût du jour ni du temps. Quand vous dites maréchal aujourd’hui en Afrique, on pense à Bokassa, on pense à Idi Amin, on pense à Mobutu, personnage loufoque. Mais malheureusement pour nous, le parti au pouvoir démontre que le Tchad est à ce niveau », s’est indigné le président de l’Union nationale pour le développement et le renouveau, par ailleurs député.

Texte alternatif de la bannière

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

shares