Texte alternatif de la bannière
Texte alternatif de la bannière

D’importantes baisses des recettes enregistrées dans les communes de Douala

Certains responsables de mairies de la ville économique enregistrent un manque à gagner  allant de 100 à plus de 200 millions de Fcfa.

Texte alternatif de la bannière

Ghislaine Deudjui

La pandémie à coronavirus (Covid-19) n’a pas épargné la trésorerie des communes camerounaises. Pendant les deux derniers mois, certaines mairies de la ville de Douala ont enregistré d’énormes manques à gagner.  Dans l’arrondissement de Douala 3è, l’on enregistre  250 millions de Fcfa de pertes projetées au 30 juin  au niveau de la trésorerie de cette administration. Une conséquence directe de l’exonération de certaines taxes et impôts décidée par le gouvernement. Il s’agit notamment de la taxe sur le stationnement et l’impôt libératoire, pour ne citer que ceux-ci.

D’après Valentin Epoupa Bossambo, maire de la commune d’arrondissement de Douala 3è, ce manque à gagner représente les 2/3 des recettes propres de sa commune, soit 10% de l’ensemble du budget. Un creuset financier important surtout au regard des charges fixes de fonctionnement dont doit faire face la mairie.  La mairie de Douala 3è enregistre au total 340 employés. Soit 260 employés fixes et 80 saisonniers. De quoi inquiéter le responsable de cette unité administrative qui a été élu par ses pairs conseillers municipaux  en février 2020, pour un mandat de cinq ans. « Nous sommes dans une situation où nous avons une augmentation des dépenses d’une part et une chute des recettes d’autres part », indique le chef de l’exécutif communal à nos confrères de Cameroon Tribune. Le maire relève qu’en rapport aux élections municipales, les chefs des exécutifs en fonction n’ont pas procédé au recouvrement des taxes et impôts au premier trimestre. Une action prise par ceux-ci dans le but de conquérir l’électorat. Une stratégie au final qui s’est avérée inutile pour les candidats du Social Democratic Front (SDF), anciens pensionnaires de la mairie de Douala 3è.

Au Niveau de la commune de Douala 4è, le constat est le même. Le manque à gagner est également observé dans la trésorerie de ladite commune. D’après le Dr Edouard Hervé Moby, il s’élève à quelques centaines de millions, non sans préciser le montant exact. La situation inquiète « beaucoup » le responsable de la mairie de Douala 4è.  Et un changement s’impose. Dans le cas contraire,  si la baisse persiste, elle pourrait selon ses dires, avoir des conséquences sur le respect des engagements pris par l’exécutif communal à l’endroit des populations de sa localité.  La stratégie adoptée par le Dr Edouala Hervé Moby au regard de la chute des recettes est la réduction des dépenses.

Du côté de Douala 3è, malgré l’exonération des taxes imposées par le gouvernement au premier semestre 2020 à cause de la Covid-19, Valentin Epoupa Bossambo a un plan B. son équipe et lui ont entrepris l’initiative de miser  sur les recouvrements des taxes jusqu’ici négligées et non concernées par la circulaire du ministre des Finances. Cette stratégie de recouvrement concerne également les dettes  à la commune.

Pendant les deux derniers mois, la pandémie à coronavirus à vraisemblablement mis à mal les recouvrements. «C’était vraiment difficile, à Akwa, il y avait très peu de voitures en circulation. Certains de mes collègues sont partis », affirme Jeanine T. un agent communal rencontré dans l’arrondissement de Douala 1er.

Dans la lutte contre cette pandémie, la maire de Douala 2è avait également pris l’initiative de fermer tous les marchés de son arrondissement. Une mesure qui visait à un nettoyage intégral de la mairie suivi d’une désinfection et désinsectisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

shares