Texte alternatif de la bannière
Texte alternatif de la bannière

La CEA lance une plate-forme numérique pour atténuer les effets de la pandémie

Cet outil va fournir à plus de 600 millions d’utilisateurs à travers le continent les derniers conseils de santé publique.

Texte alternatif de la bannière

Joseph Samuel Zoé

La Commission économique pour l’Afrique (CEA), a procédé le 23 juin dernier au lancement de la Plate-forme africaine de communication et d’information (Acip) pour la santé et l’action économique représentants en présence représentants des États membres, les organisations partenaires, les médias et les entités de télécommunications. Créée le 1er avril 2020 à la suite d’une réunion des ministres africains des finances sur les effets de la Covid-19, elle servira de plate-forme d’information et de communication bidirectionnelle entre citoyens et gouvernements.

Avant son démarrage, le concept et la structure de la plate-forme ont été longuement débattus lors de réunions virtuelles entre ministres des finances africains et leurs homologues des TIC. Elle réunira d’après ses concepteurs, les principaux opérateurs de réseaux mobiles du continent, (MTN, Vodacom, Airtel, Ethio Telecom, Safaricom et Orange), l’Union internationale des télécommunications (UIT) ainsi que d’autres partenaires afin de soutenir le Groupe de travail sur la Covid-19 de chaque pays, le ministère de la santé et le ministère des finances, de l’économie et de la planification et des organisations internationales de développement, y compris le CDC-Afrique dont le rôle est de donner des orientations sur les questions émergentes et d’autres questions connexes de contrôle et de prévention des maladies et la CEA, avec des informations intelligentes et une analyse des données en direct pour la prise de décision.

Comme l’a indiqué la CEA, ces informations et analyses fournies à plus de 600 millions d’utilisateurs à travers le continent comprendront des enquêtes pour mesurer les interventions de santé publique, l’adhésion physique et les effets socio-économiques de la réponse au Covid-19, en particulier les mesures d’atténuation. « La plate-forme servira d’outil crucial pour allouer des ressources et mettre en œuvre des réponses et des actions visant à atténuer et supprimer les conséquences sanitaires et économiques du Covid-19 en Afrique », apprend-on. Pour le ministre congolais des Postes, des Télécommunications et de l’Economie numérique, Léon Juste Ibombo, qui a pris part à la rencontre numérique, « l’Acip est un véritable soutien aux équipes de riposte nationales contre la pandémie à coronavirus et un facilitateur de la relance de la croissance »

A noter que la plate-forme peut offrir un service gratuit déployé avec la collaboration de 4 grands opérateurs de réseaux mobiles et un intégrateur de données du continent. Elle a la capacité d’atteindre les utilisateurs 3G/smartphones et les abonnés mobiles avec des portables 2G de génération antérieure, également appelés téléphones de fonction, rien qu’en utilisant « la bande étroite et le haut débit mobiles».

Et la Cea de préciser dans un communiqué que « la plate-forme exploite les canaux mobiles à bande étroite en utilisant une combinaison de texte de Données de services supplémentaires non structurées (USSD) et d’interactions vocales, de Réponse vocale interactive (VRI). Du côté du haut débit, la plate-forme utilise les données publiques des canaux numériques, y compris les médias en ligne et réseaux sociaux ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

shares