Texte alternatif de la bannière
Texte alternatif de la bannière

Le soutien qui vient de l’Apeccam

Cette association a remis la semaine dernière un chèque de  265 millions de Fcfa au ministre de la Santé publique.

Texte alternatif de la bannière

Ferdinand Lemofouet

Touché par l’ampleur que  prend la pandémie du coronavirus au Cameroun ces derniers jours, l’Association des professionnels des établissements de crédit du Cameroun (Apeccam) dans un élan de cœur et de solidarité, a tenu à apporter sa part de contribution dans la lutte contre cette crise sanitaire. En effet, sous la houlette de son président, Alphonse Nafack, cette organisation professionnelle  a remis  la semaine dernière un chèque de 265 millions de Fcfa au ministre de la Santé public, Malachie Manaouda. Sur le montant remis, 200 millions de Fcfa seront reversés dans le Fonds de solidarité crée à cet effet et les  65 millions de Fcfa restants, seront remis sous la forme de dons en matériels de protection contre la Covid-19. Ces dons constitués de 1000 kits de tests Covid-19, 9600 masques de protection et 200 combinaisons imperméables,  ont été remis à l’hôpital général de Yaoundé.  

A travers cette offre, l’Apeccam rejoint ainsi la chaîne de solidarité née dans le pays à la faveur de ce fonds, auquel de nombreuses personnes physiques, entreprises et autres regroupements corporatistes ont déjà apporté leurs contributions.

Il convient de rappeler que lors du déclenchement de cette crise sanitaire, ce regroupement professionnel s’est également mis au chevet des entreprises.  L’Apeccam a annoncé  un certain   nombre   de   dispositions pouvant réduire les effets néfastes de cette crise sanitaire mondiale au niveau   des   entreprises   locales. Dans un communiqué publié le 20 mars   2020, cette  instance ,  invitait ses  membres « à être attentifs aux demandes des commerçants et des entreprises qui tirent la sonnette d’alarme pour leur trésorerie, de mettre à la disposition des clients des liquidités pour soutenir leurs   entreprises,   d’accorder   et   de maintenir des crédits bancaires aux agents économiques, en particulier aux PME/PMI qui pourraient rencontrer des difficultés résultant du développement de l’épidémie de Coronavirus ».  

En effet, pour atténuer le choc au sein des entreprises,  il serait important de « reporter pour une période déterminée  d’accord  parties, les remboursements de crédits pour les entreprises, période ne pouvant excéder  un an dans   un   premier temps; et de supprimer les pénalités et les coûts additionnels de reports d’échéances et de crédits des entreprises ;   et   enfin   soutenir   les clients et les sensibiliser à l’usage du   numérique   afin   de   réduire   la fréquence   dans   les   guichets   des banques », soutenait Alphonse Nafack.   Toutefois,   les   banques   devraient « envisager avec les clients les moyens compréhensibles de gestion classique de la renégociation des dettes bancaires, afin d’accompagner   et   de   soutenir   les   agents économiques   qui   auraient   besoin de renégocier leurs contrats et leurs échéanciers   de   remboursement», indiquait  encore le président  de l’Apeccam.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

shares