Texte alternatif de la bannière
Texte alternatif de la bannière

Les clés de la résilience des PME

Selon le guide élaboré en avril 2020 par le Gicam, elles passent notamment par l’acquisition des logiciels pour le travail à distance, la révision des stratégies de vente et d’offre de service, ainsi qu’une meilleure gestion de la trésorerie et du personnel.

Texte alternatif de la bannière

 

Jean Pépin Ndjo

 

Les Petites et moyennes entreprises (PME) constituent la base du tissu économique de la majorité des pays. Elles contribuent à la création de richesses et des emplois bien que faisant face à des obstacles tels que la fiscalité, la corruption, l’accès au crédit, les formalités administratives, la concurrence déloyale et, l’accès aux marchés. Comme si cela ne suffisait pas, la maladie à Coronavirus sans oublier la crise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud Ouest sont venues s’ajouter à ces difficultés dont la gestion n’était déjà pas évidente. « De tous les avis d’entrepreneurs avisés et d’experts, la place des PME/PMI au sein du tissu économique des Nations contemporaines est prépondérante et d’ordre majeur. Dans les économies dites développées, elles sont en général dans le sillage des grandes entreprises, qui fournissent leurs cahiers de commande, et se développent dans des secteurs de production où elles présentent plus d’avantages que les grandes entreprises du fait de leurs atouts naturels en termes de taille et de flexibilité. Sur le plan social, leur importance dans ces économies n’est plus à démontrer en ce qui concerne la qualité et la diversité de la production nationale, la résorption de l’épineux problème de l’emploi et l’amélioration des conditions de vie des citoyens », relève André Kwam, président de la Commission PME et financement du secteur privé du Gicam. Et ce dernier de poursuivre : « En Afrique, et plus particulièrement au Cameroun, bien qu’il soit également admis de façon unanime que les PME / PMI devraient avoir le même rôle social et la même envergure que dans les économies de pays développés, force est de constater que pour un certain nombre de raisons conjoncturelles et surtout structurelles la PME/PMI en Afrique et au Cameroun, a du mal à se développer. Malgré l’énorme champ de possibilités que lui offre la demande nationale potentielle, et le foisonnement des initiatives prises ça et là pour son développement, force est malheureusement de constater que 80 % d’entre elles font faillite au bout de deux années d’existence », Pour les aider à être résilientes, un guide pratique a été élaboré par le Groupement inter patronal du Cameroun (Gicam) afin de les aider à  penser à des plans stratégiques solides à mettre en place pour survivre et pouvoir gérer l’après Covid-19, mais surtout rechercher les opportunités. Il est axé sur trois points essentiels à savoir : l’acquisition des logiciels pour le travail à distance ; la révision des stratégies de vente et d’offre de service ; ainsi qu’une meilleure gestion de la trésorerie et du personnel.

 

Le travail à distance

 

Selon le Gicam, « plusieurs personnes doivent désormais compter sur le travail à distance pour faire des affaires ». Fort heureusement, le monde du digital s’y prépare depuis des années. Les entreprises et plus particulièrement les PME ou PMI (petites et moyennes entreprises ou industries) peuvent facilement avoir accès aux logiciels existants. « Zoom » ou « Skype » peuvent respectivement regrouper 100 et 50 personnes pouvant interagir. Ces logiciels peuvent être utilisés par des entreprises pour organiser des réunions avec le personnel, ou encore rencontrer leurs clients et même vendre leurs produits et services. « Le mode opératoire est assez simple : Lorsqu’il y a une réunion, tous les membres ou l’ensemble du personnel sont informé de l’heure pour se connecter et interagir », explique Armand Claude Abanda, représentant résidant de l’Institut africain d’informatique (IAI). « Google forms » pour sa part, permet de recueillir rapidement des informations auprès des clients grâce à une variété de modèles de formulaires d’enquête et de conversation, tandis que « Teamviewer »  offre un service permettant des connexions rapides et sécurisées. Son avantage est qu’il permet aux entreprises de déployer une gestion informatique à grande échelle. « Dropbox » ou « Googledrive » proposent des solutions pour l’archivage, le stockage et le partage des documents, alors que le logiciel de comptabilité « Xero » peut être utilisé pour la facturation et la mise en ordre des numéros. Entretemps, « Monday.com » excelle dans la gestion des projets et des « workflow » dans le cloud.

 

La révision des stratégies de vente et d’offre de services

 

Pour combler le déficit de leur chiffre d’affaires du fait du ralentissement de leurs activités, les PME/ PMI sont invitées à réaliser plus de ventes en offrant d’autres types de produits et services. Cela passe non seulement par la révision de leur plan marketing qui doit s’adapter au contexte actuel, mais aussi par le renforcement de la proximité avec leur clientèle notamment par le biais des réductions, des offres spéciales pour les clients  fidèles et les bons d’achats etc. Elles doivent également stimuler les ventes en ligne à travers les livraisons gratuites. Pour celles qui ne sont déjà pas actives dans le volet commercial en ligne, le moment est venu de le faire. Elles peuvent soit travailler avec des entreprises de livraison existantes, ou alors procéder au recrutement du personnel dédié aux livraisons, lequel sera rémunéré sur la base des commissions. Aussi, le volet communication ne doit pas être ignoré. Les entreprises sont appelées durant cette période à communiquer davantage via divers supports (presse écrite, radios, télévisions, réseaux sociaux, etc). Car, bon nombre de personnes confinées passent du temps devant ces supports. Les sites web des entreprises doivent également être actualisés de manière fréquente afin non seulement de faciliter les inscriptions, mais aussi les interactions avec leurs clients. Elles peuvent au besoin contacter leurs clients afin de comprendre leurs besoins qui déboucheront à coup sûr sur la fabrication de nouveaux produits. Aussi, la politique de réduction des tarifs permettrait aux entreprises de favoriser plus d’inscription et d’abonnement de longue durée.

 

Une meilleure gestion de la trésorerie

 

Pendant cette période difficile, faire des économies devient vital pour les entreprises. Pour y parvenir, certaines astuces peuvent être appliquées. Les structures ne disposant pas de locaux propres, devraient entamer des négociations avec leurs bailleurs afin de soit réduire le coût desdits loyers ou d’en empêcher une éventuelle hausse. A cela s’ajoute une remise qui devrait être offerte aux clients qui anticipent sur leurs paiements. Les patrons devraient aider leurs employés avec des avances sur soldes lorsque ces derniers souhaitent s’approvisionner en fournitures ou en médicaments. Les promoteurs des PME et PMI sont également appelés à « vérifier auprès de leurs banquiers, les facilités auxquelles ils sont admissibles » selon le Gicam. De même qu’ils se doivent d’optimiser leurs liquidités excédentaires de la meilleure façon possible avec des meilleurs taux. « Ils doivent être extrêmement diligents en matière d’approvisionnement », recommande le Gicam aux chefs d’entreprises. Car, « chaque franc économisé, est un franc gagné », poursuit-il. Dans cette optique, le personnel est appelé à aider les employeurs à réduire certaines charges indispensables. « Retardez les augmentations de salaire et les primes pour conserver de l’argent dans l’entreprise afin de garantir en priorité sa pérennité. Assurez-vous que vos collaborateurs comprennent cela. Car, c’est aussi une période difficile pour eux », prescrit le Gicam aux patrons des PME et PMI. Aussi, l’efficacité des processus et procédures en vigueur dans ces structures doit également être passée en revue. Il en est de même des coûts des données afin de pouvoir y apporter d’éventuels ajustements. Au plan de la fiscalité, il est recommandé aux patrons des PME de « payer leurs impôts en tenant compte des avantages que l’Etat pourrait accorder ». Ceux-ci sont également invités à invoquer les clauses de forces majeures dans leurs contrats avec leurs clients.

 

Pour André Kwam, président de la Commission PME et financement du secteur privé au Gicam, d’autres leviers doivent être activés pour permettre la résilience des entreprises. « Habituellement, et en l’absence de toute contrainte majeure de l’envergure de la pandémie actuelle de la Covid-19, la PME/PMI en Afrique, et de façon plus spécifique au Cameroun, fait face à un certain nombre de problèmes récurrents et connus dont les cinq majeurs devraient porter sur: Un cadre institutionnel national, inadéquat, qui au Cameroun comme dans la plupart des pays africains, ne définit pas toujours de façon claire, cohérente et coordonnée, une politique structurée et offensive, en faveur du développement et de la protection des PME / PMI, notamment en ce qui concerne l’incitation des États à les orienter vers l’agriculture, l’édiction d’une fiscalité qui leur est spécifique et avantageuse, et l’absence de toute discrimination en matière des importations en vue de favoriser la production nationale. A cela s’ajoute sa difficulté à se structurer pour implémenter en son sein, une véritable gouvernance d’entreprise, sa très grande difficulté à accéder au Capital, malgré le fait qu’en général, son objet social soit pertinent, sa difficulté à voir son carnet de commande fourni en priorité par les grands donneurs d’ordre qui naturellement devraient être pour elle, les grandes entreprises et l’Etat et son accès difficile à une main-d’œuvre qualifiée ou de haut niveau », relève-t-il.



Réactions

Guy Ryder, directeur général de l’Organisation internationale du travail (OIT)

 

« Deux outils sont essentiels pour atténuer les dégâts »

 

En temps de crise comme c’est le cas actuellement, nous disposons de deux outils essentiels afin d’atténuer les dégâts et de restaurer la confiance publique. D’abord, le dialogue social, les discussions avec les travailleurs et les employeurs et leurs représentants sont cruciales pour instaurer un climat de confiance et obtenir du soutien pour les mesures que nous devons prendre pour surmonter cette crise. Deuxièmement, les normes internationales du travail constituent un socle fiable et éprouvé pour des réponses politiques centrées sur une reprise durable et équitable. Tout doit être fait pour minimiser les dégâts causés à l’humanité dans ces temps difficiles.

 

André Kwam, président de la Commission PME et financement du secteur privé du Gicam

 

« La crise de la Covid-19 appelle des solutions novatrices et urgentes »

 

La double crise du Covid-19 appelle des solutions extrêmement novatrices et urgentes, que ce soit pour l’arrêter et conjurer ses effets dans l’immédiat, ou pour redonner vie à la société et aux entreprises, afin de pallier ses effets de court ou de moyen terme. De l’avis de tous les experts, les effets cataclysmiques de cette crise sont tel que le monde et l’environnement économiques après la pandémie du Covid-19 ne seront plus jamais les mêmes qu’aujourd’hui. Cette projection partagée de tous ouvre nécessairement un nouveau paradigme sur l’essence et la quintessence même de la nouvelle entreprise. Malgré son aspect plus que tragique, la crise du Covid-19 pourrait être le terreau sur lequel naîtra la nouvelle PME/PMI, fort des opportunités sans précédent que ses effets offrent aux entreprises de toute taille et particulièrement aux PME/PMI. Dès lors, il revient à l’ensemble des créateurs de richesse, et particulièrement à ceux d’Afrique et du Cameroun, d’opérer la mue nécessaire afin de d’appréhender ces opportunités et de les matérialiser en affaires. La crise actuelle dite du Covid-19 est atypique. A la fois pandémie et crise économique mondiale sévère, elle est sans précédent dans l’histoire du monde contemporain. Dès lors, prévoir de façon exhaustive ses effets afin d’en préparer des stratégies planifiées de riposte devient ardu. Sa gestion appelle beaucoup de sang froid, et requiert nécessairement des actions globales et locales, à la fois urgentes, planifiées et très concertées, sous la houlette de personnes très avisées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

shares