Texte alternatif de la bannière
Texte alternatif de la bannière

Les enjeux de la prorogation du mandat de la RTC

La décision prise au cours du Conseil d’Administration du PAD tenu le 27 juillet 2020 vise entre autres a réorganiser la structure tout en facilitant l’exercice de ses missions.

Texte alternatif de la bannière

Jean Pépin Ndjo

Six mois après l’octroi de la gestion du Terminal à conteneurs du Port de Douala, la RTC a manutentionné un volume de 173.593 EVP (équivalent vingt pied) tout en réalisant un chiffre d’affaires de 23,9 milliards de Fcfa. Il n’en fallait pas plus pour que le Conseil d’Administration du Port autonome de Douala (PAD), siégeant le 27 juillet 2020 dans la capitale économique sous la présidence de Shey Jones Yembe, son Président du conseil d’administration (PCA), lui accorde trois ans de plus dans la gestion de cette infrastructure. Ceci en dépit du « contexte dif ficile qui a caractérisé la reprise de l’exploitation du Terminal à conteneurs le 1er janvier 2020 », tel que l’a souligné Cyrus Ngo’o, directeur général du PAD assisté pour la circonstance, de son adjoint, Charles Michaux Moukoko Njoh.

Déjà, au cours d’une interview accordée à la radio nationale (Crtv) le 16 juillet dernier, Faustin Dingana, le directeur délégué de la Régie du Terminal à conteneurs (RTC) du Port de Douala relevait des difficultés auxquelles est confrontée sa structure dans l’exercice de ses activités. « Nous avons hérité des équipements très vétustes qui étaient entretenus les dernières années approximativement. Ces équipements qui sont les outils par lesquels nous opérons sur le terminal pourraient constituer des difficultés si des mesures ne sont pas prises », a-t-il indiqué. Par conséquent, le Conseil d’administration du PAD prenant acte des contraintes de gestion dont a fait face la RTC et tirant les leçons de ces six derniers mois d’exploitation du Terminal et conformément aux orientations gouvernementales, a décidé « de réorganiser la RTC et de proroger son mandat de trois ans à compter du 1er janvier 2021 », d’après le communiqué final ayant sanctionné les travaux de lundi dernier à Douala. Une résolution qui permet au directeur délégué de la structure d’envisager le renouvellement des équipements qui faisait partie des mesures provisoires annoncées pour contourner le problème de la vétusté de ceux actuellement en place.

Les résultats malgré les difficultés

Cette mesure va à coup sûr booster les performances de la RTC. D’autant plus que les responsables en charge de cette structure se disent satisfaits du bilan de ses six premiers mois d’activités. « Si vous prenez connaissance du bilan de la Régie du Terminal à conteneurs, vous vous rendrez compte qu’elle a rempli l’objet pour lequel elle a été créée. Elle a accompli convenablement ses missions », s’est réjoui son directeur délégué, Faustin Dingana au micro de la Crtv. Cyrus Ngo’o, le directeur général du PAD n’en dira pas moins. « Malgré le contexte difficile qui a caractérisé la reprise de l’exploitation du Terminal à conteneurs le 1er janvier 2020, la RTC a bien accompli sa mission, en fournissant aux usagers dudit Terminal, un service de qualité dans le respect des objectifs de performance et de résultats qui lui ont été fixés », a-t-il renchéri.

La RTC fait savoir que dans l’optique de faciliter la tâche aux acteurs portuaires, ses équipes ont servi des services de qualité aux clients, principalement constituées des armateurs qui viennent avec des navires décharger chez elle, les conteneurs tout en embarquant d’autres. En livrant les conteneurs des chargeurs camerounais, la RTC a alimenté l’économie camerounaise par les biens importés et permis l’exportation des biens conteneurisés. La preuve, une soixantaine de navires ont accosté sur ses quais au cours des six derniers mois. Aussi, la baisse des coûts de passage payés au Port de Douala ainsi que les redevances dues, ont été des motifs de satisfaction des chargeurs camerounais, centrafricains et tchadiens. C’est certainement autant de facteurs qui ont permis à la structure de se montrer résiliente face à la crise sanitaire et économique causée par la pandémie de la Covid-19. Au moment où la plupart des entreprises du pays et du monde procèdent à la mise en congé technique des employés pour des raisons économiques, les emplois de la RTC ont été entièrement préservés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

shares