Texte alternatif de la bannière
Texte alternatif de la bannière

Les projets 2020 passés au scanner

Une mission de contrôle du Minepat sillonne depuis le 20 juin dernier les dix régions du Cameroun à l’effet d’évaluer l’exécution des projets  inscrits  au titre de l’exercice 2020.

Texte alternatif de la bannière

Ferdinand Lemofouet

Comme de tradition, les équipes de la brigade de contrôle du  ministère de l’Economie, de   la   planification  et   de  l’aménagement  du territoire  (Minepat) parcourent le pays depuis le 20 juin  dernier  à l’effet d’évaluer l’exécution des projets au titre de l’exercice 2020. Ces   missions qui s’achèvent en décembre prochain  visent à « optimiser l’investissement de l’Etat, conformément à la logique de la budgétisation axée sur la performance adoptée par le Gouvernement, et in fine, de contribuer à d’améliorer des conditions de vies des populations », précise la note d’information de la cellule de communication du Minepat dont LFA a obtenu copie.

Plus concrètement, il s’agira : de  mettre en place un système de veille et d’alerte du contrôle de l’investissement public ; de réduire significativement le nombre de projets non ou mal exécutés et projets abandonnés ; d’assurer la remontée des informations sur l’exécution des projets en temps réel, notamment leur état d’exécution. La plupart des projets concernés sont des projets  sociaux (adduction d’eau, électrification rurale, construction des salles de classe, entretien routier). « Sur le terrain, il y a beaucoup de projets qui sont en arrêt, qui sont à l’abandon, qui sont mal exécutés ; il y a des projets financés et qui n’existent même pas», explique Henri Mbousnoum, chef de la brigade de contrôle de l’exécution du BIP. Il convient de préciser que dans l’agenda des contrôleurs figurent également les projets des exercices 2018 et 2019.

En rappel, l’exécution du BIP 2020 s’inscrit dans un contexte de parachèvement du Programme économique et financier (PEF) conclu en juin 2017 avec le FMI, toutes choses conduisant à des contraintes budgétaires traduites par la baisse du Budget d’investissement privé (BIP) de 1,2% entre 2019 et 2020. « Du fait de cette contrainte budgétaire et dans l’optique de maintenir l’effet vertueux induit par les investissements publics sur la croissance, il est impératif pour l’Etat de s’assurer que les projets inscrits au BIP s’exécutent dans le strict respect des principes budgétaires et des exigences de qualité », conclu la note d’information.

A l’issue de ces  missions  de contrôle, « il sera dressée la cartographie des réalisations physiques des projets ayant bénéficié des Autorisations d’Engagement pluriannuel ; la situation d’investissements publics non exécutés, inachevés ou abandonnés, et le point sur les aspirations des populations à la bases dans les localités dont la nécessité s’est fait sentir», précise le chef de la brigade de contrôle de l’exécution du BIP. Le gouvernement s’est   engagé, conformément au décret N° 2008/220 du 04 juillet 2008 portant organisation du   Minepat   et   dans   le cadre  de  la  mise  en œuvre du   programme 302 «appui   à   la   relance   économique, pour l’accélération de la croissance» et action 06 «suivi évaluation et contrôle de l’exécution du budget d’investissement public», à mener régulièrement des missions d’inspection auprès des entités ayant bénéficié des appuis de l’Etat dans le but de s’assurer de l’adéquation de l’utilisation avec des objectifs précis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

shares