Texte alternatif de la bannière
Texte alternatif de la bannière

Un nouveau Système de gestion E-TAX

Ouvert par Sylvain Lékaka, directeur de cabinet du ministre délégué en charge du Budget, et clos par Ludovic Itoua, directeur général des impôts et des domaines, l’atelier de sensibilisation pour le lancement du nouveau Système de gestion des impôts  et des taxes (E-TAX), s’est tenu mercredi 27 mai 2020 dans une salle de conférence du ministère des Affaires étrangères, à Brazzaville. La rencontre qui a connu la participation de Guy Noël Londongo, directeur des systèmes d’information au ministère des Finances et du Budget,  a été marqué par la présentation générale de la solution E-TAX et des métiers des Impôts, assurée par Lambert Ifoko, Directeur de la fiscalité des grandes entreprises, chef de projet-utilisateur (E-TAX), et par la présentation- démonstration des fonctionnalités du portail internet-contribuables de cette plateforme,  par Chancelvy Mobanda.

Texte alternatif de la bannière

Selon le directeur de cabinet, l’objectif visé par cet atelier était d’impliquer les contribuables dans la phase test grandeur nature du module Taxe sur la valeur ajoutée (TVA), après avoir entretenu un dialogue constant avec eux sur les bien-fondés de cette réforme, puisqu’elle est le fruit d’une demande forte de leurs responsables respectifs.

De ce test, a-t-il poursuivi en s’adressant aux représentants des grandes entreprises contribuables telles que les sociétés de téléphonie mobile (MTN, Airtel), les banques  (Banque postale du Congo, Société générale-Congo, UBA), et autres comme la SIAT, « il  est attendu de vous les actions suivantes : mettre à l’épreuve la solution E- TAX en vue de tester sa robustesse ;  vérifier que la solution proposée répond à l’ensemble des préoccupations de vos structures, du point de vue des métiers spécifiques que vous exercez ; s’assurer qu’il n’y a aucune régression entre les fonctionnalités proposées et celle de l’ancien Système des taxes fiscales (Systaf) ; rendre compte de l’ergonomie et de la maniabilité de la solution. En clair, nous faire savoir si elle est suffisamment intuitive pour permettre une meilleure appropriation par les contribuables ; remonter toutes les remarques utiles qui permettront son amélioration». Ajouter à ces objectifs de l’atelier, l’intérêt de cette solution E-TAX pour l’ensemble des acteurs, à savoir : l’interconnexion des régies financières pour faciliter les contrôles et favoriser le civisme fiscal ; la centralisation des systèmes d’information, afin d’éviter la multitude d’applications isolées, qui fragilise la sécurité des informations et favorise l’arbitraire et la corruption ; l’automatisation des procédures qui vise à limiter le contact avec les usagers et apporte la fluidité et  l’attractivité dans l’utilisation de la solution proposée ; la gestion personnalisée des dossiers des contribuables en ligne, leur permettant un accès et un suivi constant et en temps réel, 24h/24 et 7jours/7.

Au cours des échanges interactifs,  les participants à l’atelier ont suggéré, entre autres, la  révision de  la répartition des centimes additionnels par départements ou localités en impliquant  les gestionnaires ; le respect des dates limites de déclaration des impôts, entre le 1er et le 20 de chaque mois ; la désignation d’un seul mandataire par le représentant légal d’une société contribuable. Cette phase de présentation du test grandeur nature a été suivie de la phase de mise en production de la solution E-TAX.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

shares