Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Finance > Ecobank veut digitaliser le paiement

Ecobank veut digitaliser le paiement

Une convention conjointe a été signée le 06 octobre 2021 entre la banque panafricaine, l’entreprise Orange Cameroun et le ministre des Enseignements secondaires.

Les parents et les élèves n’auront plus à se déplacer ou à s’aligner pendant des heures devant les guichets pour payer les frais scolaires et les frais d’examens. Le ministre des Enseignements secondaires, Pauline Nalova Lyonga, le Directeur général (Dg) d’Orange Cameroun Patrick Benon et la DG d’Ecobank Gwendoline Abunaw, ont en effet signé une convention le 06 octobre 2021 au Centre d’éducation à distance du Minesec à Yaoundé.

Selon les termes de la convention, Orange Cameroun à travers son produit Orange money, servira de facilitateur pour les parents et les élèves. Il leur permettra de s’acquitter des frais sans contraintes. Cette assurance a été donnée par Patrick Benon. Selon le patron d’Orange Cameroun, « c’est un partenariat qui va permettre à tous les parents d’élèves et aux élèves, de faire les paiements des frais de scolarité à travers leurs téléphones mobiles. Le service Orange money va être bon pour l’ensemble des parties prenantes ». Pour le géant français des télécoms, c’est le retour à une activité dans laquelle il avait été suspendu en raison de la plateforme à cause de quelques « indélicatesses ».

Une assurance partagée par Gwendoline Abunaw, le CEO d’Ecobank, qui a affirmé que « le présent accord vise à faciliter et à instaurer plus de clarté dans le paiement des frais de scolarité et les frais d’examens des élèves. Nos solutions digitales permettront d’avoir un regard clair sur les montants versés. Ça permettra également à tous les acteurs de la chaine d’y voir plus clair ». Et d’ajouter :« nous adoptons une approche inclusive. Ceux qui n’ont pas les téléphones androids ou l’accès à internet ne seront pas mis de côté. Ecobank a développé le code USSD qui permet de faire les paiements. C’est ce qui sera déployé dans les prochains jours ». Pour le ministre des Enseignements secondaires, avec ce dispositif, la transparence « sera assurément au rendez-vous ».

Déjà six opérateurs

Avec l’arrivée d’Orange Cameroun et Ecobank, ils seront désormais six opérateurs à se disputer le marché de paiement électronique des frais exigibles et des frais d’examens scolaires pour le compte du second cycle. Après MTN Cameroon, Campost, Express Union, United Bank for Africa (Uba) et Afriland First Bank. Lancé en juin 2018, le paiement des frais de scolarité par voie électronique vise à assurer une meilleure traçabilité et une sécurisation des fonds. Ce nouveau mode de paiement a l’intention d’améliorer la transparence dans la collecte des frais de scolarité par les établissements secondaires. Mais également de réduire les longues files d’attente devant les intendances au sein des établissements publics. Cependant, il faut tout de même noter que ce mode de paiement présente des défis en zone rurale, où les populations en plus d’avoir du mal à s’adapter aux TIC, ont un accès limité au réseau Internet. Selon un rapport du ministère des Postes et télécommunications (Minpostel) sur les télécoms au Cameroun, le taux de pénétration de la téléphonie mobile dans le pays est de 83% en 2016. Soit quelque 17% de personnes qui restent en marge de cet outil de communication.

Laisser un commentaire

Top