Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Entreprises > Hysacam fait pression sur l’Etat et les communes

Hysacam fait pression sur l’Etat et les communes

L’entreprise qui réclame plus de 8 mois d’impayés à ces derniers, se dit incapable de payer son personnel en grève depuis quelques jours.

A deux mois du démarrage effectif de la 33ème édition de la coupe d’Afrique des Nations (CAN) Total énergies 2021, les principales villes du Cameroun sont envahies par des tas d’ordures dégageant au passage des odeurs nauséabondes. Un spectacle désolant auquel les populations assistent impuissantes. Dans une note de service du 1er octobre dernier adressée à son personnel, Michel Ngapanoun, le Président directeur général (PDG) de l’entreprise Hygiène et salubrité du Cameroun (Hysacam), indique clairement que cette dernière n’est pas à mesure d’honorer les salaires des mois d’août, septembre et désormais d’octobre de l’année en cours, soit trois mois d’arriérés. « Cette situation est due à l’accumulation à un niveau intenable des créances sur l’Etat du Cameroun et sur les Collectivités territoriales décentralisées (CTD) qui représentent plus de 8 mois de prestations non payées », indique-t-il. Pourtant, l’entreprise vient de dépenser un peu plus de 12 milliards de Fcfa pour l’achat de 100 camions présentés à grand renfort de publicité. Le top management d’Hysacam lui-même reconnaît que ceux-ci devaient permettre à l’entreprise de bien réaliser ses missions et mériter la confiance du gouvernement tout en garantissant la pérennité des emplois. Sur ce point, le PDG d’Hysacam explique : « La maturité dont fait preuve le personnel est aussi l’un des piliers de la confiance que nous accordent les plus hautes autorités de notre pays ainsi que nos partenaires financiers qui nous ont permis de fonctionner sans discontinuer malgré ces énormes impayés. Le crédit de 12 milliards de Fcfa qu’ils nous ont octroyé pour l’acquisition des 100 camions que nous venons de mettre en service est la preuve de cette confiance », souligne Michel Ngapanoun.

Las d’attendre, le personnel a décidé d’observer un mouvement de grève pour réclamer leur dû. Une situation qui concrétise les craintes des responsables de la structure. « Toute perturbation peut plonger nos villes dans un état d’insalubrité catastrophique, surtout en ce moment où notre pays prépare la coupe d’Afrique des Nations qui accueillera des milliers de visiteurs toutes les caméras du monde sur nos villes », redoutait le PDG dans la note de service susmentionnée. Ce qui est déjà le cas à l’heure actuelle au point de faire les choux gras de la presse et réduire à néant la campagne de promotion de l’image de marque du pays que fait le ministre d’Etat, secrétaire général de la présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh et sa délégation composée principalement d’anciennes gloires du football camerounais et étrangers ainsi que des professionnels de médias locaux et internationaux.

Entretemps, les démarches entreprises par Hysacam auprès de ses créanciers afin d’être régulièrement payée sont « toujours en bonne voie malgré les retards qu’elles accusent ». D’ici là, il est à espérer qu’avec le volume sans cesse grandissant des immondices, les choses pourraient s’accélérer. Michel Ngapanoun en a également grand espoir. « Avec ces efforts que nous faisons et ce déploiement que nous réalisons sur le terrain 7 jours sur 7, 24 heures sur 24 pour rendre propres nos villes, je voudrais espérer que le gouvernement et les mairies nous mettront en tête de leurs priorités. Ainsi, nous pourrons assurer le paiement de nos salaires dans les délais, chaque fin du mois, à l’instar des autres services essentiels de base », écrit-il.

Laisser un commentaire

Top