Vous êtes ici
Accueil > Actualité > La Cemac rassure les investisseurs à Paris

La Cemac rassure les investisseurs à Paris

La mission de mobilisation des financements du Pref-Cemac a obtenu des manifestations d’interet pour des projets qui peuvent etre montés sous forme de partenariat public-privé lors de l’edition 2020 du « Paris Infraweek »

La mobilisation des fonds pour la réalisation des 12 projets intégrateurs au sein de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) est sur la bonne voie. Présente au « Paris Infraweek 2020 », un évènement qui réunit les acteurs les plus influents du secteur des investissements en infrastructures dans le monde entier pour un dialogue ouvert et approfondi sur les évolutions récentes et les tendances clés du financement des infrastructures, la mission de mobilisation des financements pour les projets intégrateurs de la communauté sous régionale a pu rencontrer et discuter avec des représentants de toutes les principales institutions européennes et internationales actives dans le domaine du financement des infrastructures.

En effet, en sa qualité de chef de la délégation, le ministre d’Etat de l’Economie du Congo, par ailleurs président du Comité de pilotage (Copil) du Pref-Cemac, Gilbert Ondongo, a reprécisé que pour la réalisation de ses projets prioritaires dans les domaines des infrastructures, des réseaux de communication, de l’énergie et du capital humain, entre autres, la sous-région affiche des besoins de financements qui s’élèvent à 4 milliard d’euros (2683 milliards de Fcfa). Et pour le moment, seulement, un milliard d’euros (655 milliards de Fcfa) a déjà été mobilisé grâce au soutien des différents partenaires financiers internationaux à l’instar de la Banque africaine de développement (BAD), la Banque Mondiale ou encore la Banque islamique de développement (BID) qui ont déjà affirmé leur engagement aux côtés des Etats membres. Avant de confirmer la tenue de la table ronde des donateurs pour la mobilisation des financements des projets intégrateurs au cours du mois de novembre prochain, le membre du gouvernement congolais a donné des assurances sur le retour sur investissements en affirmant : « le modèle de partenariat public – privé (PPP) serait, en plus des institutions financières régionales, une garantie supplémentaire pour tout investisseur ».

Egalement présent à cette importante mission, le Secrétaire permanent du Pref-Cemac dans son bilan, s’est réjouit du succès enregistré lors de cette expédition. « Le bilan est positif en ce sens que nous avons eu des manifestations d’intérêt pour des projets qui peuvent être montés sous forme de partenariat public-privé. Cela signifie qu’un développeur ou un investisseur privé peut venir monter son projet qui sera informé sous forme de BOT (Construction-exploitation Transfert, Ndlr), avec à la clé un contrat de concession sans incidence sur les budgets des Etats » a déclaré le Pr Michel Cyr Djiena Wembou, qui s’exprimait ainsi aux côtés du président de la Commission de la Cemac, Pr Daniel Ona Ondo, du ministre gabonais de l’Economie, Jean Marie Ongandaga et des responsables de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac) et de la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (Bdeac).

Parmi les projets qui ont davantage intéressés les investisseurs, figure le barrage de Chollet lancé depuis 2010, via la signature d’un protocole d’accord par les chefs d’État du Congo et du Cameroun. Le projet prévoit deux lignes à haute tension d’évacuation d’énergie respectivement de 700 km au Cameroun et 1500km au Congo. L’infrastructure hydroélectrique prévoit également d’alimenter les autres pays voisins comme la République centrafricaine, le Gabon et la Guinée. L’Université inter-État Cameroun/Congo et ses deux établissements dont E’école supérieure internationale de génie numérique basée à Sangmélima (côté Cameroun) et l’Ecole de l’agroforesterie, des sciences et technologies appliquées basée à Ouesso (Congo) devrait également bénéficier des fonds nécessaires pour son démarrage effectif l’année prochaine. Les investisseurs présents à cette édition 2020 de « Paris Infraweek », se sont intéressés aux projets de construction d’un port sec à Dolisie, au sud Congo, d’un autre port sec à Beloko, à l’ouest de la Centrafrique, et au projet d’interconnexion électrique entre le Cameroun et le Tchad

Laisser un commentaire

Top