Vous êtes ici
Accueil > Finance > La Guinée Equatoriale adopte un nouveau logiciel

La Guinée Equatoriale adopte un nouveau logiciel

Sa présentation qui a eu lieu le 10 août 2021, vise à améliorer la transparence dans la dépense publique.

La Guinée Equatoriale veut améliorer la transparence dans la gestion de ces Finances publiques. Le pays a adopté un nouveau logiciel à cet effet. La cérémonie de présentation de ce nouvel outil a eu lieu le 10 août 2021 au Trésor général de l’État équato-guinéen par la société Líder Shore. Cette réunion était présidée par Job Obiang Esono Mbengono, le ministre équatoguinéen délégué aux Finances, accompagné de la secrétaire d’État chargée du Trésor, Milagrosa Obono Angüe, ainsi que des hauts fonctionnaires de ce pays et des chefs de services et conseillers du Trésor général de l’État. Selon le ministre, cette application est un mécanisme efficace pour la gestion intégrée des Finances publiques. Avec ce logiciel, le gouvernement équato-guinéen « entame la mise en oeuvre du Système Intégral de Gestion des Finances Publiques, où l’automatisation des aspects réglementaires et techniques dans la gestion des dépenses publiques est garantie, dans le cadre de la mise en oeuvre de la gouvernance électronique et de la souveraineté technologique ».

Pour la société Líder Shore, la logiciel perfectionnera le processus d’exécution de la loi du budget général de l’État et du contrôle des finances publiques avec la transparence requise, mettant en oeuvre un système télématique multiplateforme et adaptatif, orienté pour gérer les sous-processus inhérents aux fichiers de dépenses et de paiement, avec une approche fondée sur l’intégration, la durabilité et la sécurité, comme instrument méthodologique pour assurer la qualité de la gestion des finances publiques.

Selon la secrétaire d’État chargée du Trésor, le développement de ce système prend comme cadre normatif de référence, la loi des finances publiques, les lois annuelles des budgets généraux de l’État, le programme de relance économique qui élargit et renforce les mesures économiques et financières du décret 134/2015 et du décret numéro 136/2019, par lequel le Mémorandum sur les politiques économiques et financières avec le FMI est adopté.

Le plan pilote de ce logiciel a déjà été mis en oeuvre en 2019, correspondant au Contrôle Financier et aux Entités Autonomes, avec plus d’un an de fonctionnement. Il servira à modéliser les processus constitutifs du trésor de l’Etat et du Cabinet civil d’un point de vue intégratif, correctif et d’amélioration, mis en oeuvre dans un service télématique sur la technologie Web, qui confirme l’amélioration des indicateurs de qualité et de transparence du processus objet de modélisation dans le système de gestion intégrée des Finances publiques.

Laisser un commentaire

Top