Vous êtes ici
Accueil > Finance > Le Congo envisage une légère amélioration en 2021

Le Congo envisage une légère amélioration en 2021

L’information émane du Comité national économique et financier qui s’est réuni le 14 juillet 2021.

L’économie congolaise se comporterait mieux en 2021. C’est le sentiment qui s’est dégagé du Comité national économique et financier (Cnef) du Congo réuni en session ordinaire, en mode présentielle et par visioconférence le 14 juillet 2021. La rencontre s’est tenue sous la présidence de Rigobert Roger Andely, ministre congolais des Finances, du Budget et du Portefeuille public qui relevé que l’économie congolaise connaitrait une « légère récession » à -0,5% contre -6,0% en 2020. Selon les commissaires, cette amélioration s’explique par « la reprise dans le secteur hors pétrolier ». Par ailleurs, le Comité a noté que la situation monétaire à fin 2021, comparativement à la même période de l’année antérieure, afficherait une contraction de 40,5% des avoirs extérieurs, à 332,6 milliards ; une augmentation de 2,5% des crédits à l’économie, à 1151,9 milliards et ; une quasi-stagnation de la masse monétaire, à 2 145,1 milliards.

Examinant les principaux modes de financement de l’économie nationale, le Comité a relevé, selon le communiqué final des travaux, au 30 avril 2021, « une hausse de 16,7% des crédits bruts qui ont principalement profité au secteur privé, une baisse de 16,2% des créances en souffrance, et une forte progression en volume (+70%) et en valeur (+571,0%) des montants levés par le Trésor public congolais sur le marché des valeurs du trésor de la Cemac entre 2018 et 2021, particulièrement sur le compartiment des Obligations du Trésor assimilables (OTA) ».

Les participants à cette rencontre ont suivi les exposés, entre autres, sur la situation économique, monétaire et financière nationale ; le financement de l’économie congolaise ; les projets suivis par le secrétariat général du Cnef et la présentation du rapport annuel de ce Comité. Ils ont également été informés sur la programmation monétaire et les prévisions macroéconomiques nationales ; la politique monétaire et l’évolution des agrégats monétaires ; la situation du marché financier régional ; le système bancaire ; le rapport de l’étude diagnostique sur le crédit-bail.

Au sortir de cette réunion, Rigobert Roger Andely s’exprimant face à la presse locale. « En 2021, comparé à 2020, nous ne pouvons pas parler de panne de croissance. En 2020, oui, nous étions en récession très forte. La production nationale avait baissé de -6 %, pour des raisons bien connues. Notamment, le déclenchement de la Covid-19 ; la baisse des prix du baril de pétrole et le confinement. Les acteurs économiques n’avaient donc pas eu l’environnement nécessaire pour pouvoir déployer leurs activités. Au contraire, en 2021, il y a un début de retour à la normalité. Parce que le gouvernement a pris des mesures barrières très courageuses. D’ailleurs, des voix extérieures au Congo reconnaissent que notre pays, face à la Covid-19, a relativement bien résisté. Ce n’est pas le gouvernement congolais qui le dit, ni le ministre des Finances qui le dit. Mais ce sont des voix extérieures. Parmi elles, je citerai, par exemple, l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Donc, face à cet effort fait par le gouvernement congolais, de relative résilience, il y a un début plutôt d’amélioration. Certes, on reste dans la récession, puisqu’on va faire, à peu près, entre -0,5 et -1%, au lieu de -6 % en 2020. C’est donc une forte amélioration, dans ce contexte difficile de la Covid-19 », a déclaré le ministre congolais en charge des Finances.

Laisser un commentaire

Top