Vous êtes ici
Accueil > Finance > Le contraste de l’économie camerounaise

Le contraste de l’économie camerounaise

La note de conjoncture de l’INS publiée le 13 septembre 2021, rapporte un déficit commercial de 744 milliards de Fcfa, en hausse de 7,5% sur un an malgré l’augmentation des exportations.

Selon les données du premier semestre 2021 de l’Institut national de la statistique (INS), le Cameroun affiche un déficit de la balance commerciale de 744 milliards de Fcfa au 30 juin 2021, soit une hausse de 7,5% à la même période en 2020. « Cette accentuation du déficit commercial résulte de la hausse des dépenses d’importations de 15,4% par rapport au premier semestre 2020 ; la hausse des recettes d’exportations de 21,5% enregistrée sur la même période n’ayant pas été suffisante pour couvrir les dépenses d’importations », explique l’INS. Néanmoins, le taux de couverture des exportations par rapport aux importations s’est amélioré de 3 points pour se situer à 59,2%, contre 56,2% l’année dernière traduisant ainsi une forte croissance relative des exportations par rapport aux importations.

Malgré la dépréciation du prix du pétrole sur le marché international, ce produit occupe une place prépondérante dans l’économie nationale puisque hors pétrole brut, le déficit de la balance commerciale se situe à 1170 milliards de Fcfa, s’aggravant ainsi de 152 milliards de Fcfa en valeur relative et de 15% en valeur absolue par rapport au premier semestre 2020.

De manière générale, la crise sanitaire liée au Covid-19 continue d’impacter l’économie nationale. En dépit d’un fléchissement de l’activité dans les secteurs primaire et tertiaire, le secteur secondaire est resté résilient face à la pandémie.

Export-import

Selon l’INS, entre janvier et juin 2021, le Cameroun a enregistré des recettes d’exportation d’une valeur totale de 1080 milliards de Fcfa, pour un volume de 3,8 millions de tonnes de marchandises expédiées vers le marché international. Ces recettes sont en hausse de 191 milliards de Fcfa (21,5%) par rapport au premier semestre 2020, période marquée notamment par les effets de la pandémie du Covid-19, qui avait paralysé le commerce international, en raison des confinements décidés par de nombreux pays.

« La hausse des recettes d’exportation est attribuable à l’amélioration des ventes de certains principaux produits d’exportation. Il s’agit essentiellement des huiles brutes de pétrole qui augmentent de 30,7% ; du cacao brut en fèves (34,2%) ; du coton brut (59,3%) ; du bois scié (6,6%) et du bois en grume (13,8%) », indique l’INS. Ces données témoignent de la reprise de l’activité économique dans le pays en 2021, comme l’a souligné récemment la Banque centrale dans son rapport en fin août dernier. Cette reprise résulte de l’efficacité des mesures de riposte à la pandémie prises aussi bien par les pouvoirs publics que par les instances financières de la sous région, notamment la Beac et la Cobac. Le rapport de l’INS souligne cependant le peu de diversification des exportations camerounaises dominées par une poignée de produits. Durant la période sous revue, seulement six produits ont procuré au pays 80% de ses recettes d’exportation. Il s’agit notamment des huiles brutes de pétrole (39%) ; du cacao brut en fèves (13%) ; du gaz naturel liquéfié (9%) ; des bois sciés (7%) ; du coton brut (7%) et des bois en grume (4%).

Pour ce qui est des importations, les dépenses du Cameroun au cours de la période sous revue se chiffrent à 1 824 milliards de Fcfa en hausse de 15,4%, pour 5,07 millions de tonnes de marchandises, chiffre aussi en hausse de 17,8% par rapport au premier semestre 2020. La facture des importations est principalement constituée des carburants et lubrifiants (16%) ; des produits de l’industrie chimique (13%) dont produits pharmaceutiques (5%), des machines et appareils mécaniques ou électriques (12%), du riz (5%), froment (blé) et méteil (5%).

Laisser un commentaire

Top