Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Dossiers > Le génie camerounais à l’oeuvre

Le génie camerounais à l’oeuvre

La présentation du véhicule conçu et fabriqué au Cameroun, le 6 octobre dernier à Yaoundé, remet au goût du jour le riche potentiel dont dispose la jeunesse.

Conçue et montée dans les locaux d’Innotech Lab, une structure d’incubation basée au quartier Mvan à Yaoundé, la DTA-001, la première voiture 100% camerounaise faite à base de tôles et des matières premières locales, a été présentée le 6 octobre 2021 en présence d’une dizaine de membres du gouvernement, de parlementaires, élus locaux, universitaires, chefs d’entreprises et startuppers. Il s’agit d’un mini SUV (sports utility vehicle). « C’est une mini 4 fois 4 qui présente les caractéristiques d’être flexible, adaptée à nos réalités et qui peut être adaptée aux utilisations comme dans l’agriculture, la voirie urbaine, la transformation urbaine et des questions de sécurité », explique Pr Achille Mbang Sama, son concepteur. Sa particularité réside dans le fait qu’elle a la capacité d’avoir des composantes d’autonomie. « Nous l’avons démontré à travers des petits robots. Elle est complètement entourée de capteurs pour l’analyse de l’environnement, la reconnaissance des obstacles etc », poursuit ce dernier. Programmée à 90 km/h, vitesse extensible au-delà, cette voiture à essence est également hybride. « Nous avons réfléchi sur la possibilité de fabriquer la voiture électrique, mais nous avons opté pour les moyens élémentaires. C’est une voiture à essence certes, mais la consommation est hybride, c’est-à-dire détachée du moteur. Raison pour laquelle elle est électrique et solaire », ont indiqué ces concepteurs.

Pour le ministre des Petites et moyennes entreprises, de l’économie sociale et de l’artisanat (Minpmeesa), Achille Bassilekin III, des innovations de ce type, vont faire en sorte que les produits « high tech » camerounais fassent partie de l’offre mondial. Pour son collègue des Mines, de l’industrie et du développement technologique (Minmidt), Gabriel Dodo Ndocké, l’atteinte par le Cameroun du statut de nouveau pays industrialisé (NPI), implique la synergie de tous les Camerounais dans la bataille de l’industrialisation. Pour être compétitive, celle-ci « doit s’armer du développement technologique impulsé par l’innovation », a-t-il insisté.

Plusieurs départements ministériels ont noué des partenariats avec la Digital Transformation Alliance (DTA) propriétaire d’Innotech Lab, centre dans lequel a été conçu et fabriqué ce véhicule 100% « made in Cameroon ». Le ministère de l’Economie, de la planification et de l’aménagement du territoire (Minepat) est venu s’ajouter à la liste. « L’engagement déjà manifesté par plusieurs départements ministériels à soutenir l’initiative Digital Transformation Alliance traduit une fois de plus, l’esprit de partenariat qui existe entre les pouvoirs publics et le secteur privé pour la recherche des solutions concertées, en vue d’atteindre les objectifs nationaux de développement », a indiqué Alamine Ousmane Mey, patron de ce département ministériel. Selon lui, « il est le signe que le projet porté par DTA est aligné aux objectifs de développement dans plusieurs secteurs, et que sa mise en oeuvre est de nature à contribuer de manière significative, à la politique de développement industriel du Cameroun », a-t-il poursuivi.

Passée l’étape de production du prototype de ce véhicule, l’heure est désormais à la préparation de la mise sur pied d’une unité de production. « Nous sommes en train de finaliser la modélisation de la gamme de production. Quel robot ou quelle machine pour produire quelle pièce ? Si aujourd’hui, on nous demandait de produire cela, je crois qu’en l’espace d’un an, nous pouvons être capables de mettre sur pied une première usine et démarrer avec les premiers véhicules parce que la fabrication est aussi en grande partie locale même si pour le prototype présenté, la carrosserie, les châssis, le moteur et les composantes ont été achetés mais assemblés. Nous apprenons de ces composantes pour pouvoir accentuer la fabrication locale », explique le promoteur de DTA.

Laisser un commentaire

Top