Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Entreprises > Le PAD et l’Anor dans une nouvelle coopération

Le PAD et l’Anor dans une nouvelle coopération

Ce partenariat est axé sur le renforcement des capacités des ressources humaines et les échanges d’expériences.

Dans l’optique d’améliorer ses performances, le Port autonome de Douala (PAD) s’est associé à l’Agence de régulation des normes et de la qualité (Anor). Les deux institutions ont paraphé à cet effet un accord- cadre vendredi 15 octobre 2021. Le Directeur général (DG) du PAD Cyrus Ngo’o, et son homologue de l’Anor Charles Booto, à travers cette signature, ont engagé leurs entreprises respectives dans un nouveau volet de coopération, d’engagement pour plus de performance de l’infrastructure portuaire.

« L’idée d’un accord cadre arrive à point nommé car le volume des marchandises qui transitent ici au PAD est très important », indique le DG de l’Anor. Pour ce dernier, « la compétitivité et la sécurité dans ce domaine commercial s’inscrivent dans notre démarche qualité pour un tissu industriel sain et prospère. » Sur ce, Charles Booto à Ngon, s’est réjoui de cette coopération. Pour lui, le respect des normes et de la qualité est devenu une exigence clé, en ces temps où la Zone de libre-échange continentale (Zlecaf) est effective. A noter que, la Zlecaf se positionne sur un marché unifié d’1,2 milliard de personnes avec un Produit intérieur (PIB) combiné de 3.000 milliards de dollars.

Le partenariat PAD et Anor s’étale sur une durée de validité de cinq ans. Ceci à compter de sa date de signature. D’après les clauses de l’accord, ce contrat est renouvelable par tacite reconduction, sauf dénonciation de l’une des parties et ce, trois mois avant le terme et sans indemnisation. Toutefois, une force majeure peut contraindre à revoir le contrat. « Est considéré comme force majeure, tout évènement imprévisible, irréversible et indépendant de la volonté des par ties, de nature à influencer les capacités de chaque partie à tenir ses engagements. En cas de survenance d’une situation de force majeure, les par ties examineront conjointement les mesures correctives à prendre », indique le contrat.

Dans sa stratégie d’amélioration de ses performances, le PAD souhaite être en accord avec les normes. C’est pourquoi, « nous avons pris une certaine démarche afin de nous approprier de certaines normes qui cadrent avec certaines activités, de telle sorte que tout ce que nous faisons cadre avec les normes comme cela se doit, nous souhaitons donc un accompagnement de l’Anor pour la maîtrise de ces activités », affirme Cyrus Ngo’o, DG du PAD. Ainsi, il est question d’améliorer davantage les capacités du PAD, afin qu’il relève toujours mieux les défis qui l’interpellent. Les domaines concernés par l’accord-cadre sont : le renforcement des capacités des ressources humaines et les échanges d’expériences sur des thèmes choisis à l’avance.

Ce partenariat entre le PAD et l’Anor prévoit spécifiquement : l’assistance technique à la réalisation d’études ; l’accompagnement dans la certification et l’évaluation de la conformité aux normes ; l’accompagnement dans la promotion des normes et la démarche qualité ; l’accompagnement dans la coopération avec les organismes internationaux et les comités spécialisés dans les domaines de la normalisation et de la qualité, etc.

Laisser un commentaire

Top