Vous êtes ici
Accueil > Finance > Les contours du nouveau programme avec le FMI

Les contours du nouveau programme avec le FMI

Selon l’institution financière, il sera axé sur la reprise post-Covid-19, la viabilité macroéconomique et un ambitieux programme de réformes structurelles.

Le Fonds monétaire international (FMI) signera un nouveau programme avec le Cameroun. L’architecture de ce programme économique a été donnée par Amadou Sy, le chef de mission du FMI au terme des réunions virtuelles tenues du 13 au 27 mai ces reunions avaient pour objectif de pour discuter du soutien financier du FMI au programme de réformes économiques. Selon le communiqué de l’institution de Bretton Woods commis publié à cet effet, le programme à moyen terme des autorités sera axé sur la reprise post-Covid-19, la viabilité macroéconomique et un ambitieux programme de réformes structurelles défini dans la Stratégie nationale de développement pour 2020-2030 (SND-30).

Dans ce contexte, le programme supporté par le FMI s’appuiera sur la SND-30 des autorités, avec un accent transversal sur les mesures de renforcement de la bonne gouvernance, de transparence et de lutte contre la corruption. « Il se base sur quatre principaux piliers : atténuer les conséquences de la pandémie, tout en garantissant la durabilité macroéconomique ; accélérer les réformes pour moderniser l’administration fiscale et douanière, mobiliser les recettes, améliorer la gestion des finances publiques, accroître l’efficacité des investissements et réduire les risques fiscaux des entreprises publiques ; renforcer la viabilité et la gestion de la dette ; et intensifier les réformes structurelles pour stimuler la diversification économique et la résilience du secteur financier », peut on lire dans le communiqué. Le soutien financier du FMI devrait également contribuer, selon la note d’information, à stimuler les investissements du secteur privé et à catalyser des financements supplémentaires de la part des partenaires de développement.

Des objectifs précis

Dans les détails, les experts du FMI révèlent que la politique budgétaire du programme devrait élargir la base des recettes non pétrolières, réduire les exonérations fiscales discrétionnaires, lutter contre la fraude et l’évasion fiscales et améliorer l’administration fiscale et douanière. « L’achèvement de la réforme du compte unique du Trésor et le recours réduit aux interventions directes et aux procédures de dépenses exceptionnelles, contribueront à améliorer la gestion de la trésorerie et l’exécution du budget et à renforcer la transparence budgétaire et la crédibilité budgétaire », peut on y lire.

Par ailleurs, le programme visera également à faire face aux risques financiers et fiscaux associés aux entreprises publiques. Les efforts de restructuration de la Société nationale de raffinerie (Sonara) seront fondés sur une analyse coûts-avantages approfondie de toutes les options disponibles. En outre, les audits prévus des grandes entreprises publiques ainsi que l’apurement des dettes croisées du gouvernement avec les entreprises publiques et des arriérés de l’État, contribueront à atténuer les risques éventuels.

D’autre part, compte tenu du risque élevé de surendettement du Cameroun, les efforts visant à renforcer la gestion de la dette publique et à limiter les emprunts non concessionnels restent essentiels pour assurer la viabilité extérieure. Le FMI fait savoir qu’en conséquence, le programme limitera les emprunts non concessionnels aux projets qui sont essentiels pour le développement national, et qui font partie intégrante de la SND-30, et pour lesquels un financement concessionnel n’est pas disponible. « L’amélioration du climat des affaires et de la gouvernance est essentielle pour promouvoir la diversification tirée par le secteur privé et une croissance inclusive. De nouvelles mesures visant à améliorer l’efficacité des investissements et à renforcer l’inclusion financière seront également essentielles pour libérer le potentiel de croissance du Cameroun. Les efforts visant à améliorer la gouvernance avec une application efficace du cadre juridique anti-corruption seront aussi essentiels », a indiqué le chef de mission

Laisser un commentaire

Top