Vous êtes ici
Accueil > Finance > Les signaux au vert en Cemac selon la Beac

Les signaux au vert en Cemac selon la Beac

L’institution l’a indiqué au cours de la première session ordinaire de son Comité de politique monétaire (CPM) tenue par visioconférence, le 13 avril 2021.

La première session ordinaire du Comité de politique monétaire (CPM) de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac) tenue en visioconférence, le 13 avril 2021 sous la présidence d’Abbas Mahamat Tolli, son président statutaire par ailleurs son Gouverneur, a été l’occasion pour cette institution, d’orienter sa politique monétaire au regard des perspectives macroéconomiques mondiale et sous-régionale actualisées en sa possession. De ces travaux, l’on retient que la Banque centrale a décidé de maintenir le Taux d’intérêt des appels d’offres (Tiao) à 3,25%, le Taux de la facilité de prêt marginal à 5,00%, le Taux de la facilité de dépôt à 0,00%, ainsi que les coefficients des réserves obligatoires à 7,00% sur les exigibilités à vue, et 4,50% sur les exigibilités à terme. La décision de la Beac intervient « après analyse des facteurs de risques pesant sur la stabilité monétaire et des développements observés sur le marché monétaire d’une part, et au regard des perspectives macroéconomiques de la Cemac à court et moyen termes d’autre part », justifie son gouverneur.

S’agissant des perspectives macroéconomiques de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac), la Beac prévoit la consolidation dès cette année (2021), la reprise économique amorcée au dernier trimestre 2020. Ceci, malgré les nouvelles vagues d’infection à la Covid-19 et la multiplication des variants dudit virus. La reprise annoncée par la Banque centrale s’appuie notamment sur le dynamisme de l’agriculture, des industries, du Bâtiment et des travaux publics (BTP), des services marchands, et la reprise des investissements favorisés par les réformes structurelles engagées par les Etats de la sous-région. D’après la Beac, pour 2021, il est prévu un taux de croissance du Produit intérieur brut (PIB) réel à 1,9% contre -2,1% en 2020. A cela s’ajoute une hausse des tensions inflationnistes à 2,7% cette année contre 2,4% l’année dernière. Elle prévoit également la réduction du déficit budgétaire (base engagements dons compris) à 0,4% du PIB contre -2,9% un an plus tôt. De même, le déficit extérieur courant (dons officiels inclus) devra se situer à 4,1% du PIB contre 5,4% un an auparavant. Il est aussi à prévoir une légère remontée du taux de couverture extérieure de la monnaie à 65,0% en 2021 contre 64,0% en 2020.

Entretemps, les signaux de la reprise de la croissance économique au niveau mondiale semblent au vert selon la Beac. « Au plan international, les perspectives de croissance restent positives à court et à moyen terme, avec l’espoir d’une résorption de la pandémie de la Covid-19 », a indiqué Abbas Mahamat Tolli dans le communiqué publié au terme de la session ordinaire du CPM du 13 avril 2021. Selon le Fonds monétaire international (FMI), l’économie mondiale devrait connaître une croissance de 6,0% cette année, puis de 4,4% en 2022 contre -3,3% en 2020.

Laisser un commentaire

Top