Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Entreprises > Neuf banques volent au secours de la Sonara

Neuf banques volent au secours de la Sonara

Sous l’arrangement principal d’Afriland First Bank, 9 établissements bancaires ont accepté de rééchelonner le remboursement de la dette de 261,4 milliards de Fcfa sur une période de 10 ans, à un taux d’intérêt est de 5,5% hors taxes.

La Société nationale de raffinage du Cameroun (Sonara) vient de recevoir une bouffée d’oxygène. C’est à la faveur de la cérémonie de signature de la convention de restructuration de sa dette Sonara qui s’est déroulée le 15 octobre 2021 à Yaoundé. D’un côté, l’Etat du Cameroun représenté par Louis Paul Motaze, le ministre des Finances et de l’autre, le pool bancaire ayant pour chef de file Alphonse Nafack, l’Administrateur directeur général (ADG) d’Afriland First Bank et président de l’Association professionnelle des établissements de crédit du Cameroun (Apeccam), en présence du Jean Paul Simo Njonou, directeur général de la Sonara.

261,4 milliards de Fcfa à payer en 10 ans

En effet, la Sonara a été victime d’un incendie le 31 mai 2019, avec de lourdes conséquences sur ses capacités de production et ses charges courantes. Aux lendemains de ce sinistre, la dette de l’entreprise étatique était évaluée à environ 717 milliards de Fcfa, dont 284 milliards de Fcfa au titre de la dette bancaire au 31 décembre 2019. Cette dette est constituée des impayés de lettres de crédit et des Crédits de court, moyen et long terme. Depuis lors, ses activités tournent au ralenti. Pour y remédier, le gouvernement a décidé de mettre sur pied un groupe de travail chargé de la restructuration et du remboursement de la dette bancaire de l’entreprise. Au terme de 10 mois de négociation avec 9 établissements bancaires, le Conseil d’Administration de la Sonara a voté une résolution habilitant son directeur général Jean Paul Simo Njonou, à signer la convention de ce 15 octobre 2021.

Selon les termes de ce contrat, la Sonara devra rembourser à ces 9 banques la somme de 261,4 milliards de Fcfa sur une période de 10 ans et à un taux d’intérêt de 5,5% hors taxes. Ce remboursement se fera par mois. Les banques concernées par cette opération dite de restructuration sont UBA Cameroon, Bgfi Bank, Ecobank, Société Générale Cameroun, Standard Chartered Bank, CCA-Bank, Bicec, CBC et Afriland First Bank comme arrangeur principal.

Dans son discours, le ministre des Finances Louis Paul Motaze, a remercié les banques qui ont accepté la sollicitude du gouvernement pour cette opération. Concernant la convention proprement dite, Louis Paul Motaze a expliqué que « cette restructuration procède d’un processus de désendettement par consolidation et rééchelonnement des dettes échues et impayées sur le long terme, à des conditions financières plus favorables, grâce au confort apporté par l’État du Cameroun ». Selon le ministre des Finances, «la convention que nous venons de signer permet à la Sonara de mener sereinement ses activités ». Aussi, Louis Paul Motaze a engagé tous les acteurs impliqués dans le traitement du dossier de cette dette de lui rendre compte régulièrement de l’évolution des versements.

Prenant la parole au nom du pool bancaire en tant qu’arrangeur principal, l’ADG d’Afriland Alphonse Nafack, a félicité le professionnalisme et le dévouement du groupe de travail qui a permis certainement aux banques de mener à bien leur mandat, qui s’articulait autour de la conception d’un modèle financier satisfaisant, la préparation d’une note d’information, la consultation et l’obtention de l’adhésion des banques impliquées et la préparation de ladite convention. L’arrangeur principal a également adressé des remerciements à l’ensemble des banques parties de la présente convention pour leur adhésion et implication. « Cette synergie des acteurs bancaires vient apporter une fois de plus l’exemple particulier de l’élégance de notre secteur où le terme de concurrence cède sa place à celui de confrère », a déclaré l’ADG d’Afriland le co-arrangeur, agent et créancier dans cette opération.

Processus

En effet, la cérémonie du 15 octobre consacre l’aboutissement d’un long processus qui a commencé par la mise en place en décembre 2019, d’un groupe de travail chargé : de la restructuration de la dette Sonara ; la création en mars 2020 d’une ligne « soutien à la raffinerie » de Fcfa 47,88/litre dans la structure des prix des produits pétroliers vendus à la pompe, et l’octroi d’une marge à l’importation de Fcfa 16/litre aux importateurs des produits pétroliers ; la sécurisation des ressources collectées sur la ligne « soutien à la raffinerie » dans un compte spécial du Trésor Public logé à la Banque Centrale depuis le mois de Juillet 2020, en vue du remboursement des dettes vis-à-vis des banques locales et des Traders; la signature d’une lettre de confort au profit des banques, permettant aux autorités de supervision bancaire de valider la restructuration de la dette Sonara ; l’octroi effectif à la Sonara par le ministre de l’Eau et de l’Energie depuis octobre 2020 de 80% des parts d’importation des produits pétroliers. « Pour importantes qu’elles soient, ces mesures ne pouvaient prendre leur plein effet que grâce à un accompagnement des banques au financement du quota de 80% accordé », a indiqué l’ADG.

Laisser un commentaire

Top