Vous êtes ici
Accueil > Finance > Un appui budgétaire de 10 milliards de Fcfa de l’AFD

Un appui budgétaire de 10 milliards de Fcfa de l’AFD

Le ministre tchadien des Finances et le directeur de l’Agence Française de Développement, ont signé une convention d’un montant de 15 millions d’euros le 29 septembre 2021 à N’Djamena.

Le ministre tchadien des Finances et du Budget, Tahir Hamid Nguilin et le directeur de l’Agence Française de Développement (AFD), Philippe Chedanne, ont signé le 29 septembre 2021, une convention d’appui budgétaire d’un montant de 15 millions d’euros, soit près de 10 milliards de Fcfa. La signature de cette convention s’est déroulée en présence du premier conseiller de l’ambassade de France au Tchad, Gilles Roussey. Selon les termes de la convention, 5 millions d’euros serons destinés à l’appui au secteur de santé et 10 millions d’euros séviront à accompagner la modernisation des finances publiques et le redéploiement du Système intégré de gestion des finances publiques (Sigfip) dans les Institutions et les provinces du pays. Selon l’argentier tchadien, cet argent est une bouffée d’oxygène pour le pays de Toumaï dont le déficit budgétaire pour l’exercice 2021 a été estimé à 149 milliards de Fcfa.

D’après certaines sources, concrètement cette subvention sera repartie ainsi : soit 1,594 milliard de Fcfa au profit de trois hôpitaux nationaux et du Centre national de transfusion sanguine ; 1,261 milliard de Fcfa au profit des vingt-trois hôpitaux provinciaux ; 0,430 milliard de Fcfa au profit de programmes nationaux ; 5,437 milliards de Fcfa au profit de l’informatisation et de l’interconnexion des services économiques et financiers du Tchad ; 0,612 milliard de Fcfa destiné au renforcement des fonctions de contrôle de la Chambre des Comptes et de l’Inspection Générale des Finances ; 0,455 milliard de Fcfa en soutien aux administrations déconcentrées du ministère des finances ; 0,050 milliard de Fcfa au profit du Comité national de coordination du G5 Sahel.

En effet, la modernisation des finances publiques préoccupe les nouvelles autorités du Tchad. Selon les experts, la gestion récente des finances publiques dans ce pays, est marquée par la baisse de ressources de l’Etat due à la chute du cours de pétrole et la pression sécuritaire dans la sous-région. Ces déséquilibres macroéconomiques sont apparus au niveau interne à travers des déficits budgétaires de plus en plus préoccupants, la faiblesse de la croissance économique et externe par un déficit structurel du compte courant, et un épuisement de réserves de change. En plus, cette situation a conduit le Gouvernement à recourir de plus en plus vers l’endettement pour financer son déficit budgétaire, ce qui n’est pas sans conséquence sur le niveau d’endettement publique. N’eut été l’assistance technique et financière des partenaires au développement regroupé au sein du Comité des partenaires techniques et financiers (PTF) et la volonté du Gouvernement à reformer la gestion des finances publiques à travers une coordination des actions de ces partenaires au développement, la gestion de cette crise que traverse le pays serait encore plus complexe.

En juillet dernier, le ministre tchadien des Finance et président du Comité de pilotage du Sigfip annonçait le basculement total des salaires dans le système. Ce qui marquait ainsi une grande avancée de ce pays dans le chantier de modernisation de ces finances publiques.

Laisser un commentaire

Top