Vous êtes ici
Accueil > Finance > 21 milliards de Fcfa pour des «villes résilientes»

21 milliards de Fcfa pour des «villes résilientes»

Mise en place par l’Union Européenne, ce don a pour objectif de permettre un développement territorial équilibré et d’améliorer les conditions de vie de plus de 100.000 personnes résidant dans les communes de Nkayi et d’Owando.

Le ministre congolais des Finances et du Budget, Calixte Nganongo, l’ambassadeur de France au Congo, François Barateau et le directeur de l’Agence française de développement, Lionel Cafferini ont procédé le 2 décembre 2020 à Brazzaville, à la signature d’une convention de subvention d’un montant total de 21 milliards de Fcfa pour les travaux de réhabilitation, d’extension des systèmes de collecte, de gestion des eaux pluviales, ainsi que la mise en place de dispositifs de lutte contre les érosions, dans les villes de Nkayi et d’Owando.

Selon un communiqué du ministère congolais des Finances, ces investissements, financés en don par l’Union européenne, s’inscrivent dans le cadre du Programme «Villes résilientes», qui a pour objectif de permettre un développement territorial équilibré et d’améliorer les conditions de vie de plus de 100.000 personnes résidant dans les communes de Nkayi (département de la Bouenza) et d’Owando (département de la Cuvette). Il s’agira « d’apporter des solutions efficaces pour lutter contre l’insalubrité et contre les inondations récurrentes », peut-on lire dans le communiqué qui poursuit que le pavage de certaines rues garantira la durabilité des ouvrages de drainage. Les dispositifs anti-érosions sécuriseront les biens et les personnes qui se trouvent souvent enclavées lors des épisodes pluvieux. « Grâce aux actions de renforcement de capacités, auprès de la société civile et des services municipaux, une démarche vertueuse et structurée sera engagée pour assurer l’entretien et la maintenance des ouvrages », révèle la note d’information.

Le pilotage global du Programme « Villes résilientes » sera assuré par le ministère du Plan, de la statistique, de l’Intégration régionale, des transports, de la Marine marchande et de l’aviation civile, en tant qu’ordonnateur national du Fonds européen de développement (FED). Le ministère congolais de l’Aménagement, de l’équipement du territoire et des grands travaux assurera le drainage pluvial et de lutte contre les érosions. L’ambassadeur de l’Union européenne a salué « l’approche innovante de ce Programme qui repose sur une gouvernance inclusive et participative des enjeux de développement urbain. Il s’est réjoui que la coopération franco-européenne contribue à doter les villes de Nkayi et Owando des capacités à faire face aux enjeux sanitaires et environnementaux sur le long terme ».

De son côté, François Barateau a souligné « la forte synergie entre les instruments et les expertises franco-européennes mobilisés dans ce programme, au service de la réduction des inégalités territoriales et socio-économiques au Congo ». Il a « réitéré tout l’engagement de la France à agir aux côtés du Congo, de façon concrète et pragmatique, pour relever les défis liés à l’urbanisation et à l’aménagement des territoires, en s’appuyant sur l’expertise de l’AFD ». Ladite cérémonie s’est tenue en présence des ministres Ingrid Olga Eboucka-Babakas, du Plan, de la statistique, de l’intégration régionale, des transports, de la Marine marchande et de l’aviation civile ; Jean Jacques Bouya, de l’Aménagement, de l’équipement du territoire et des grands travaux et des ministres délégués : Charles Ngafouomo, auprès du ministre de l’intérieure et de la décentralisation et du développement locale ; Ludovic Ngatsé, auprès du ministre des Finances et du Budget, chargé du Budget.

Laisser un commentaire

Top