Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Fenêtre > L’appui de la BAD au développement énergétique dans le Sahel

L’appui de la BAD au développement énergétique dans le Sahel

379,6 millions de dollars, soit 219,9 milliards de Fcfa. C’est le montant du financement que la Banque africaine de développement (BAD) a récemment décidé d’accorder aux pays du G5 Sahel dans le cadre de « Desert to Power ». L’opération approuvée par le Conseil d’administration de l’institution financière panafricaine comporte un financement et une assistance technique à la Facilité qui s’étale sur une période de sept ans.

Le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad qui constituent ce cadre de coopération à la fois sur la sécurité et le développement, bénéficieront ainsi d’un appui conséquent sur le plan énergétique. En effet, le projet va les aider à adopter un mode de production d’électricité à faible émission en exploitant l’abondant potentiel solaire de la région qui s’élève à environ 13,9 milliards de GWh/an. Grâce à la BAD, ces pays pourront alors se focaliser sur la production d’énergie solaire à grande échelle à travers des producteurs indépendants d’électricité et sur les solutions de stockage d’énergie. Surtout que l’accès à l’électricité reste une gageure majeure dans la région semi-désertique où ont essaimé les groupes djihadistes. Des chiffres publiés en 2018 révèlent par exemple que seulement 25% de la population était raccordée au réseau électrique, loin derrière l’Afrique subsaharienne (37%) et le reste du monde (83%).

Ce programme est donc une aubaine pour les populations du G5 Sahel qui pourraient ainsi sortir du noir. Car selon les prévisions, il devrait permettre sur toute la durée de vie de l’investissement : de créer une capacité de production solaire supplémentaire de 500 mégawatts ; de favoriser l’accès à l’électricité pour quelque 695 000 ménages ; et de réduire les émissions de CO2 de plus de 14,4 millions de tonnes d’équivalent dioxyde de carbone. De manière pratique, les investissements seront soutenus par une composante d’assistance technique visant à améliorer la capacité de mise en oeuvre, à renforcer l’environnement favorable aux investissements du secteur privé et à assurer l’intégration des questions de genre et de climat.

Rappelons que l’appui financier de la BAD en faveur du G5 Sahel n’est qu’une phase de l’Initiative Desert to Power, un programme phare du Groupe qui vise à éclairer et alimenter la région du Sahel en installant dix gigawatts de capacité de production solaire afin de fournir l’électricité à environ 250 millions de personnes dans onze pays du Sahel d’ici 2030. Vice-président du Groupe de la BAD en charge de l’Énergie, du Changement climatique et de la Croissance verte, le Dr Kevin Kariuki, a déclaré à effet : « l’approche innovante de financement mixte de la facilité Desert to Power pour les pays du G5 Sahel permettra de réduire les risques, et donc de stimuler les investissements du secteur privé dans la production d’énergie solaire dans la région. Cela permettra de transformer la production d’énergie et de combler le déficit d’accès à l’énergie dans certains des pays les plus fragiles d’Afrique. »

Créé en 2014, le G5 Sahel a pour principale mission de combattre le terrorisme, mais aussi de lutter contre le crime organisé et le trafic d’êtres humains. Mais outre cet aspect sécuritaire, l’organisation a également des visées économiques puisqu’elle encadre 40 projets régionaux, destinés à améliorer les infrastructures et l’accès aux ressources, pour un coût total de 2,4 milliards d’euros.

Laisser un commentaire

Top