Vous êtes ici
Accueil > Finance > Le Gabon et le Cameroun détiennent près de 50% des titres

Le Gabon et le Cameroun détiennent près de 50% des titres

Au lendemain de la recommandation de l’Umac invitant les Etats à développer « davantage » ce marché, la Beac a publié un document sur les statistiques mensuelles du marché des valeurs du Trésor.

La Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac) a publié les statistiques mensuelles du marché des valeurs du trésor de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac). Selon ce document, l’encours global des valeurs du Trésor émises par les États de la sous-région sur le marché primaire a atteint 4298 milliards de Fcfa en Août 2021.

Le Gabon est le pays qui détient le plus de titres publics. L’encours de la dette du pays d’Ali Bongo sur le marché des titres publics de la Beac a atteint 1 092,7 milliards de Fcfa à fin août 2021, contre 1055,7 milliards de Fcfa en fin juin 2021. Le Gabon est suivi par le Cameroun qui détient un encours global de 1 034,3 milliards de Fcfa. Selon les chiffres de la Beac, le Gabon et le Cameroun cumulent un endettement de 2 127 milliards de Fcfa, soit près de 50% des 4 298 milliards de Fcfa à la même période. Sur ce marché primaire, ces deux pays sont suivis par le Congo qui détient 958 milliards; la Guinée Equatoriale et ses 661 milliards; le Tchad avec 503 milliards et la RCA un endettement de 47 milliards de Fcfa. Tous ces chiffres sont en augmentation par rapport à juin 2021 où, le cumul des titres détenu par les Etats sur ce marché était de 4052 milliards de Fcfa, soit une hausse de 6% en valeur relative.

Selon les statistiques de la Beac, le coût moyen des ressources est en nette augmentation. Notamment, le coût moyen du Bons du Trésor assimilables (BTA) qui est passé de 4,72% en juin 2018 à 5,41 % en août 2021. Et le coût moyen de l’Obligation du trésor assimilable (OTA) est passé de 4,72% à 7,34%.

L’encours des titres publics représente 8,1% du PIB de la Cemac

Selon la cellule de règlement et de conservation des titres de la Beac, cet encours global représente 8,1% du PIB de la sous région. Ce ratio était de 7,6% il y a deux mois et de 6,3% en juin 2020. Entre juin 2018 et juin 2021, l’encours du marché primaire des valeurs du Trésor de la Cemac a connu un bond de 297,64% en valeur relative et de 3033 milliards de Fcfa en valeur absolue. En dépit de cette évolution de cet encours le Comité de l’Umac souhaite voir les Etats de la Cemac recourir au marché des valeurs du trésor. Au cours de la session extraordinaire de cette instance sous régionale qui s’est tenue le 23 septembre sous la présidence d’Alamine Ousmane Mey, « le Comité a recommandé aux ministres en charges des Finances des Etats de la Cemac de développer davantage le marché des valeurs du Trésor ».

En ce qui concerne le marché secondaire des valeurs du Trésor, la Beac a indiqué que les banques et les Spécialistes des valeurs du Trésor (SVT) détiennent 85,4% des parts, soit 3669 milliards de Fcfa. La Beac détient 365,9 milliards soit 8,5%, les investisseurs institutionnels détiennent 223,6 milliards de Fcfa soit 5,2% et les personnes physiques 39,1 milliards de Fcfa soit 0,9%.

Enjeux

En effet, depuis son lancement en novembre 2011, le marché des titres publics émis par adjudication organisée par la Beac a vu l’entrée respectivement du Cameroun le 23 novembre 2011, de la Centrafrique le 28 décembre 2011, du Gabon le 8 mai 2013, du Tchad le 22 octobre 2014, de la Guinée équatoriale le 9 septembre 2015 et du Congo le 22 février 2017. La Beac depuis quelques années, s’est engagée dans une série de réformes visant à dynamiser le marché monétaire de la Cemac. L’une d’entre elles est la suppression progressive des avances aux Etats membres de la Cemac. En contrepartie, il s’est imposé la nécessité de promouvoir le marché des titres publics régional, cadre alternatif aux Etats permettant de mobiliser des ressources pour la couverture de leurs besoins de financement. Le marché régional des titres publics repose sur le mécanisme d’émission des titres publics selon lequel, les adjudications des valeurs du Trésor s’effectuent par voie d’appel d’offres, organisées par la direction nationale de la Beac du pays émetteur.

Selon la Banque centrale, la mise en place du marché des titres publics de la Cemac a pour objectifs de : collecter davantage de ressources que dans le système des avances directes de la Banque Centrale aux Trésors ; permettre aux entreprises et aux particuliers de souscrire à des instruments financiers rentables, peu risqués et liquides par le canal des institutions habilités ; permettre aux établissements de crédit de placer à des taux d’intérêt intéressants leurs liquidités oisives déposées à la Beac; contribuer à l’approfondissement du volet titres publics du marché financier régional ; contenir les pressions inflationnistes que les tirages sur les ressources monétaires sont susceptibles d’engendrer; donner à la politique monétaire une plus grande marge de flexibilité et constituer un stock suffisant de titres servant de support à la politique d’open market ; élargir la gamme des supports de placement des épargnants et des investisseurs ; moderniser le mode de financement des Trésors publics en passant d’un système statique de gestion de la dette à un système plus dynamique et plus performant, pouvant permettre de mieux maîtriser les coûts et les risques afférents à l’endettement public.

Laisser un commentaire

Top