Vous êtes ici
Accueil > Finance > Vers l’adoption d’une stratégie en Guinée Equatoriale

Vers l’adoption d’une stratégie en Guinée Equatoriale

Le ministère équato-guinéen des Finances a organisé un atelier sur le thème à Malabo le 23 février 2021.

La Guinée équatoriale veut adopter une stratégie d’inclusion financière. C’est à la faveur d’un atelier organisé par le ministère équato-guinéen des Finances, de l’Economie et de la Planification le 23 février 2021 à Malabo. Selon le ministre des Finances Valenti Ela Maye Mba, l’objectif de cet atelier est « que les particuliers et les entreprises aient accès et utilisent efficacement une variété de services financiers fournis à un prix raisonnable et de manière responsable ». La mise en oeuvre de ce processus, qui est piloté par le ministère équato-guinéen des Finances, de l’économie et du plan avec l’assistance technique de la coopérative PHB, qui accompagne la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac) dans la réalisation d’un diagnostic, conception et validation d’un document de stratégie d’inclusion régionale (Srif) pour la Cemac. Sur la base de cette stratégie, a relevé un expert, un système statistique sera développé pour la collecte, le traitement et la diffusion de données (quantitatives et qualitatives) sur l’accès aux services financiers dans la sous-région.

Daniel Ako, représentant national de l’inclusion financière dans le pays, a souligné l’importance de la mise en oeuvre de ce processus pour l’activité économique nationale. Dans son allocution, il a sensibilisé les opérateurs économiques qui ont assisté à la réunion qui s’est tenue dans l’amphithéâtre de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac) à Malabo afin que chacun s’implique et collabore pour que la Guinée équatoriale et la Cemac concrétisent cette initiative.

Selon les experts, la stratégie SRIF fournira à la Cemac un cadre de coordination pour suivre son application, et promouvoir des mesures pour faciliter l’accès aux services financiers, ainsi qu’un système statistique pour le suivi périodique des indicateurs d’inclusion financière qui, à partir de 2018, était estimée à 14,60% avec une population de 50 millions d’habitants et seulement avec un taux d’activité du compte électronique de 38%. Au terme de cet atelier qui mettra 14 jours, un rapport final des travaux sera présenté, après collecte de données et séances techniques entre le bureau d’études et les opérateurs économiques.

Laisser un commentaire

Top