Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Fenêtre > Affolement des prix des produits alimentaires

Affolement des prix des produits alimentaires

La tendance sans cesse haussière des prix des produits alimentaires à l’international constatée depuis le début de l’année en cours ne rassure pas. L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) vient encore de confirmer cette inquiétante inflation à travers la publication le 7 octobre dernier, de son Indice des prix des produits alimentaires. Cet outil mesure la variation mensuelle des cours internationaux d’un panier alimentaires des cinq groupes de produits de base.

En effet, l’instance onusienne révèle dans son rapport que l’Indice FAO des prix des produits alimentaires s’est établi en moyenne à 130 points en septembre 2021, ce qui représente une augmentation globale d’1,5 point par rapport au mois précédent, soit 1,2% en valeur relative. En glissement annuel, cette hausse s’avère plus considérable puisqu’elle est de 32,1 points entre août 2020 et août 2021, soit 32,8% de plus. « La dernière hausse de l’indice est principalement imputable à l’augmentation des prix de la plupart des céréales et des huiles végétales. Les prix des produits laitiers et du sucre se sont également affermis, mais le sous-indice des prix de la viande est resté stable », résume la FAO.

A l’observation, la plus grande inflation des prix est à mettre à l’actif des céréales. L’indice des prix de cette catégorie d’aliments s’est établi en moyenne à 132,5 points en septembre dernier. Ce qui représente une hausse de 2,6 points, soit 2% de plus qu’en août et 28,5 points, soit 27,3% de plus qu’en septembre 2020. Il faut noter que ce sont les prix du blé qui ont le plus augmenté avec une hausse de près de 4% par rapport au mois précédent et pas moins de 41% en glissement annuel. La FAO justifie cette flambée des prix à l’international par « le resserrement des disponibilités exportables dans un contexte de forte demande mondiale ». A côté du blé, a lui aussi vu ses prix s’envoler tout comme ceux de l’orge qui ont eux aussi progressé de 2,6%. Bien qu’elle soit moins considérable, le maïs a lui aussi enregistré une hausse des prix de l’ordre de 0,3% à l’intervalle d’un mois. De quoi susciter l’inquiétude en Afrique où les ménages consomment en majorité le riz, le blé pour la fabrication du pain et le maïs, alors que les Etats africains n’en produisent pas assez. A côté des céréales, la FAO révèle également un accroissement des prix des huiles végétales qui ont progressé de 2,9 points, soit 1,7% entre août et septembre 2021, et de plus 60% par rapport au niveau enregistré un an auparavant. « Cette progression s’explique principalement par la hausse des cours de l’huile de palme et de l’huile de colza, tandis que les cours de l’huile de soja et de l’huile de tournesol ont quant à eux reculé », explique la FAO.

Les produits laitiers (lait écrémé en poudre, lait entier en poudre, fromage, beurre) ne sont pas en reste en matière d’inflation des prix. Ils ont affiché une valeur moyenne de 117,9 points en septembre, ce qui représente une hausse de 1,7 point, soit 1,5% par rapport au mois d’août et un niveau supérieur de 15,6 points (15,2%) par rapport à sa valeur au même mois de l’année dernière. Idem pour le sucre qui a vu son indice des prix s’établir en moyenne à 121,2, soit une hausse de 0,6 point, équivalant à 0,5% en valeur relative par rapport au mois d’août et un niveau supérieur de 42,2 points, soit 53,5% à celui enregistré au mois de septembre 2020.

Le seul soulagement vient de la viande (ovins, porcins, bovins…) dont le prix s’est établi en moyenne à 115,5 points en septembre, soit un niveau pratiquement inchangé par rapport à sa valeur révisée d’août.

Laisser un commentaire

Top