Vous êtes ici
Accueil > Actualité > L’accord-cadre enfin signé

L’accord-cadre enfin signé

Le document a été paraphé le 22 octobre dernier à Yaoundé entre le premier vice-président de la CAF, le président par intérim de la Fecafoot et le président du Cocan 2021.

C’est le dernier acte qui vient dissiper les inquiétudes quant à l’organisation par le Cameroun, de la 33ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) Total énergies 2021, prévue du 9 janvier au 6 février 2022. Initialement prévu pour 19 octobre dernier, l’accord-cadre relatif à l’organisation de ladite compétition a finalement été signé le 22 octobre 2021 au Palais polyvalent des sports de Yaoundé (Paposy). Le document qui lie juridiquement le pays organisateur de la CAN à la Confédération africaine de football (CAF) a été paraphé par Augustin Senghor, premier vice-président de l’instance faitière du foot africain Seidou Mbombo Njoya, le président par intérim de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) et le Pr Narcisse Mouelle Kombi, ministre camerounais des Sports et de l’éducation physique (Minsep), par ailleurs, président du Comité d’organisation de cette compétition (Cocan 2021). Pour les analystes, c’est un pas décisif et important que vient de franchir le pays qui se met définitivement à l’abri d’un autre « glissement de date » pour ce qui est de l’organisation de cette grandesse du football continental.

L’occasion faisant le larron, certains esprits se sont lancés dans un business d’un autre genre visant à extorquer de l’argent aux jeunes désireux eux aussi, de tirer profit de cette compétition dont l’organisation ne fait plus l’objet d’aucun doute. Dans un communiqué du 21 octobre 2021, Michel Dissakè Mbarga, directeur du tournoi dénonçait la circulation sur les réseaux sociaux d’un « faux communiqué » relatif au recrutement des volontaires pour la CAN 2021. A toute fins utiles, il tient à préciser « que le recrutement des volontaires n’a pas encore été lancé et que le moment venu, un communiqué officiel signé du ministre des Sports et de l’éducation physique, président du Cocan 20-21 arrêtera les modalités y afférentes », indique-t-il.

L’état des préparatifs

A environ 3 mois du démarrage de la compétition, les préparatifs vont bon train. Les responsables des différents stades retenus sont à l’école des experts de la CAF pour leur gestion optimale et leur fonctionnalité. Des ateliers sont organisés à leur intention dans la perspective de veiller à l’application stricte des recommandations de la CAF selon Sarah Gehane, responsable du bureau de cette institution à Yaoundé. « Il est question de voir quels sont les points à améliorer pour une bonne organisation de la CAN au Cameroun », dit-elle. Selon elle, des anomalies sont encore observées sur les différents sites. « On a évalué les stades. On a trouvé que les niveaux sont différents d’un site à l’autre. Ce qui est normal parce que chaque site a ses spécificités. Mais, on organisé des ateliers dans l’optique de tout harmoniser afin d’avoir un très bon standard. Il faut que ce soit exactement le même niveau d’accueil, d’éclairage, d’infrastructures etc », a-t-elle expliqué via le site Camfoot.

Une équipe composée de plusieurs anciennes gloires du football camerounais et africain ainsi que des officiels de la Fecafoot, des professionnels de médias sous la conduite du ministre d’Etat, secrétaire général de la Présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh parcourt depuis quelques jours les différents sites de la compétition à l’effet de s’assurer que tout va pour le mieux. Stades de compétition, et d’entrainement, hôtels, infrastructures hôtelières, routières et bien d’autres, sont passés au peigne fin. Dans certaines villes hôtes, les autorités municipales s’évertuent à faire régner l’ordre et la salubrité, parfois contre le gré des populations.

Laisser un commentaire

Top